La République de Guinée est considérée comme un scandale géologique grâce à la richesse de son sous-sol. Mais après 65 ans d’indépendance, le pays a du mal à profiter de ses matières premières pour se développer. Malgré tout, beaucoup de guinéens restent persuader que l’émergence du pays passe par l’exploitation des ressources minières sur place. C’est le cas de l’ancien ministre, Bah Oury qui estime que la Guinée doit s’inspirer des pays pétroliers pour se développer. Sur ce, le leader politique encourage la construction des raffineries pour mieux transformer les matières premières.
Dans son intervention au micro du Courrier de Conakry, M. Bah soutien que grâce aux ressources minières, le pays occupe une place importante « La Guinée est très importante dans le contexte géopolitique actuel. Le conflit entre la Russie et l’Ukraine d’une part, la volonté de certaines régions du monde à être indépendante d’autre part, met notre pays dans une position centrale. Nous avons des denrées minières majeures… La bauxite avec ses dérivées qui constituent la matière première la plus utilisée dans l’industrie de manière générale. Donc l’aluminium peut être pour nous, ce qu’est le pétrole pour l’Arabie Saoudite. Au lendemain du 5 septembre, quand il y a eu changement de régime dans notre pays, les cours de l’aluminium des bourses mondiales ont augmenté de manière exponentielle. Cela veut dire que la Guinée à une place très importante sur le plan économique dans le monde. La transition n’exploite pas suffisamment les opportunités. »
Poursuivant il ajoute : « La création des raffineries est un aspect essentiel que la transition doit tout faire pour continuer dans son élan pour que cela puisse se réaliser en ce qui concerne le cadre juridique. Cela permettrait de mettre en valeur et d’utiliser toutes les opportunités que les richesses minières nous donnent. Il y a beaucoup de choses que la Guinée est entrain de perdre, parce que nous n’avons pas pu accélérer certaines transformations dans notre pays. »
Tout comme Bah Oury, les autorités de la transition ont depuis leur arrivée au pouvoir ont exprimé leur envie de favoriser la construction des raffineries pour la transformation des matières sur place. Malheureusement ce projet peine à se réaliser.
Ibrahima Bah