L’association de Dortmund a fêté ses 25 ans d’existence avec la conférence « Le développement durable et le rôle des médias – changement de perspective entre l’Afrique et l’Europe ». La conférence a eu lieu le 18 novembre 2023.

Le thème de la conférence était les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies, adoptés en 2015, qui doivent permettre d’atteindre la paix et la prospérité pour l’ensemble de l’humanité dans un plan d’action d’ici 2030.

Des exposés et des groupes de travail ont permis de discuter de la situation actuelle en matière d’efforts pour atteindre ces objectifs et de l’évolution future du point de vue européen et africain.

L’orateur principal, le Dr Oluseyi Soremekun du United Nations Information Center au Nigeria, a exigé des pays dits en développement une forte volonté politique de mise en œuvre. Les gouvernements nationaux doivent traduire les améliorations non seulement en paroles, mais aussi en actes. Il a également appelé à une meilleure représentation des pays en développement dans la politique internationale.

Le professeur Jürgen Scheffran de l’université de Hambourg a constaté que six (sur neuf) limites de charge planétaires avaient été atteintes. Étant donné que tous les grands problèmes du monde sont liés entre eux, la politique doit avoir une vision globale. L’importance des frontières nationales diminue. Ce que l’on appelle les points de basculement dans les décisions politiques orienteraient irrémédiablement le développement dans l’une ou l’autre direction. Scheffran a également déclaré qu’une coopération Nord-Sud était particulièrement importante en matière de changement climatique. Il ne faut pas se monter les uns contre les autres, car cela est également lié aux causes de l’exode.

La panafricaniste suisse Nathalie Yamb a demandé aux gouvernements africains d’utiliser les ressources du continent uniquement sur le continent africain et de ne les vendre dans d’autres parties du monde que si elles ne sont pas nécessaires en Afrique.

Le débat au sein de ces groupes de travail s’est essentiellement concentré sur deux questions : Comment la pandémie de Corona et la guerre en Ukraine ont-elles affecté la mise en œuvre des ODD? Comment les objectifs mondiaux tels que les ODD devraient-ils être mis en œuvre dans un monde où le monopole de la force n’est pas unifié et où les rapports de force sont injustement répartis ?

Au cours de la discussion, il est apparu clairement que la première question trouve sa réponse dans la seconde. Des rapports de force injustement répartis ont conduit à ce que des pays africains riches en ressources soient invités par des pays comme l’Allemagne à exploiter davantage de charbon, par exemple, ce qui détourne l’attention des objectifs mondiaux de durabilité.

Un autre point de discussion important a été que le monde, et surtout les grandes puissances, utilisent leurs avantages dans le monde pour leurs propres intérêts nationaux, qui se font généralement au détriment des objectifs de développement durable. Les liens entre les objectifs nationaux et globaux sont ignorés, tout comme les situations de crise.

Étant donné que la communauté mondiale, sous la forme des Nations unies, n’a pas le monopole de la force, les développements durables ne peuvent pas être imposés à l’échelle mondiale. Dans ce contexte, le nouvel ordre mondial multipolaire qui est en train de se mettre en place a parfois été considéré comme problématique. En même temps, la plupart des participants étaient d’avis que les pays d’Afrique pourraient avoir de meilleures chances de protéger et d’imposer leurs propres intérêts dans l’ordre mondial multipolaire. Il y a eu un large consensus sur le fait que le monde multipolaire a besoin de règles pour pouvoir traiter équitablement les intérêts nationaux et globaux.

Africa Positive, l’une des associations africaines les plus anciennes et les plus performantes d’Allemagne, a fêté ses 25 ans d’existence à l’université technique de Dortmund, son lieu de naissance, avec de nombreux invités de marque et des participants venus de pays africains, d’Allemagne et de Suisse. Environ 130 personnes ont participé à la conférence internationale « Développement durable et rôle des médias – changement de perspective entre l’Afrique et l’Europe ».

Parmi les invités figuraient des personnalités connues du monde politique et d’autres secteurs de la vie publique : Thomas Westphal, maire de la ville de Dortmund, Barbara Brunsing, maire de la ville, Gregor Lange, commissaire de police, l’ancien maire Ullrich Sierau, l’orateur principal Dr Oluseyi Soremekun du United Nations Information Center à Lagos, Nigeria, le professeur Dr Jürgen Scheffran de l’université de Hambourg et les députés du Landtag Anja Butschkau et Volker Baran ainsi qu’Astrid Müller de la Fondation Environnement et Développement NRW.

À propos d’Africa Positive e.V.

Africa Positive e.V. a été fondée il y a 25 ans par Veye Tatah, une étudiante en informatique camerounaise, à l’université technique de Dortmund. Au début, le magazine du même nom était au centre du travail de l’association. Le nom « Africa Positive » fait référence à une motivation importante pour le magazine – la conviction que le continent africain offre de nombreuses perspectives positives, en particulier lorsque des développements négatifs sont concrètement nommés. En même temps, l’espoir était lié au fait qu’une couverture médiatique différenciée aiderait à faire tomber les préjugés à l’égard de l’Afrique et de sa population, à permettre un dialogue d’égal à égal et à mettre en avant la force d’innovation.

Aujourd’hui, Africa Positive est responsable de nombreuses activités interculturelles ainsi que de différents projets dans les domaines des médias, de la politique de développement, des activités de jeunesse, de l’intégration, de la science et de l’éducation.

En novembre 2018, l’Africa Institute for Media, Migration And Development (AIMMAD) a été créé pour les questions d’éducation et de recherche. Son travail considère le « journalisme dans un contexte global ».

Transmis à la rédaction du Courrier de Conakry