Dans le cadre de la poursuite de la session permanente du Conseil National de la Transition, les Conseillers nationaux ont reçu en inter-commissions ce mardi 09 janvier 2023, les cadres du ministère de la santé et de l’hygiène publique et ceux de l’économie et des finances.

Au centre des débats, l’examen de trois conventions de prêt entre la Guinée et BPI-France relatives à la construction de quatre hôpitaux régionaux. C’est le ministre de la santé et de l’hygiène publique, Dr Oumar Diouhé BAH qui a conduit la délégation gouvernementale. Dès l’entame des travaux, le ministre a mis un accent sur la quintessence de ces conventions et leurs objectifs.

Il explique que ces conventions ont été conclues entre la Guinée et BPI-France, à travers Assurance Export et Crédit France suivies d’un avenant. Elles concernent le financement de la construction de quatre (4) hôpitaux régionaux pour un montant de cinquante-deux millions huit-cent-quarante-quatre mille cinquante-deux euros (52 844 852 Euros). Le Trésor français intervient à hauteur de 35 millions d’Euros. Et le montant pour la construction des deux premiers hôpitaux (Kindia et Labé) est évalué à 102 millions d’Euros avec une participation de 15 millions d’Euros de l’État guinéen. Les négociations pour le financement des deux autres hôpitaux (Kankan et N’Zérékoré) sont en cours, selon le ministre de la santé et de l’hygiène publique.

Le Contrat de crédit acheteur N° 1 entre le Gouvernement de la République de Guinée et le Trésor Français intervient également dans le cadre du financement de la construction de quatre hôpitaux régionaux évolutifs, modulaires, industrialisés et durables. Il a été signé le 13 juillet 2023, pour un montant de trente-cinq millions d’euros (35 000 000 euros). Il est suivi d’un avenant signé le 9 août 2023.

Il est intitulé : Avenant au contrat de crédit acheteur n°1 en date du 21 juin 2023, signé le 9 août 2023 entre la République de Guinée et BPI France SA dans le cadre de la construction de quatre hôpitaux régionaux évolutifs, modulaires, industrialisés et durables.

L’objectif visé par le gouvernement guinéen est de doter les populations de l’intérieur du pays, des centres hospitaliers de haut niveau et de soins de santé de qualité compétitive et irréprochable.

Les Honorables Conseillers nationaux, après l’intervention du ministre suivie de l’exposé de la Secrétaire générale, ont formulé des questions de compréhension sur les modalités de ce financement, le choix de l’entreprise qui va se charger des travaux, des délais d’exécution mais également de la gestion et du fonctionnement de ces établissements hospitaliers.

A la fin des travaux, la secrétaire générale du département de la Santé et son homologue des Finances, ont promis d’envoyer par écrit, les réponses aux questions techniques.

A rappeler que c’est la Commission du Plan, des affaires financières et du contrôle budgétaire qui est la commission saisie sur le fond et celle de la Santé, des affaires sociales et de la culture, comme commission d’avis.

Selon le chronogramme, ces trois textes seront examinés pour adoption en séance plénière, le jeudi 11 janvier 2024, à 16 h.

Avec le CNT