Culture : L’artiste Soul Bang’s pas tendre avec le BGDA 

0
1908

On n’a pas  l’habitude d’entendre Soul Bang’s  s’attaquer à  qui que ce soit  sur les médias. Mais cela ne veux pas dire qu’il a sa langue dans la poche. Au cours d’un échange  en marge de son concert à N’Zérékoré le samedi 09 septembre 2017, il s’est montré très choqué par le mauvais traitement des artistes guinéens par les autorités en charge de la culture.

Soul Bang’s accuse le bureau général des droits d’auteur  (BGDA) de s’enrichir sur le dos des artistes guinéens.

 «  … Au niveau du BGDA (Bureau Général des Droit d’Auteur) c’est autre chose.  En Guinée ici, c’est le BGDA qui négocie à la place des artistes avec les sociétés des télécommunications alors qu’ils ne sont pas producteurs. C’est nous les artistes ou nos producteurs qui sommes habiletés à signer des contrats avec qui que ce soit. Les membres du BGDA sont des agents qui doivent veiller sur nous et défendre nos intérêts. Mais si eux-mêmes, ils  nous piquent comme ça,c’est comme si tu achètes un terrain, tu construits un bâtiment là-dessus avec tes propres frais et le moment où tu veux donner ce bâtiment en location à une société minière, le ministère de l’habitat vient dire que c’est avec lui il faut négocier. C’est la même chose qui se fait avec les artistes. Nous on se prive de tout, on met notre argent dans nos musiques. Mais c’est le BGDA qui négocie à notre place et manges notre argent. Quand tu veux parler, on dit que tu es impoli.   Où on va avec ça ? Après c’est pour dire que les artistes guinéens ne savent pas se gérer. Comment on peut se gérer si on ne perçoit rien de nos œuvres ? » S’interroge t-il avec une mine très serrée.

Interpelé sur le sujet du remplacement de Siaka Barry par Sanoussy Bantama Sow à la tête du ministère de la culture, Soul Bang’s à qualifier cela de non événement. Pour lui, c’est la même chose.

Mamady 2 Camara, correspondant à N’zérékoré

 

 

Print Friendly, PDF & Email