Fin du PROJEG : la société civile continuera à se mobiliser autour des enjeux, actuels et à venir, de la Guinée

0
333

Conakry/Lomé/Paris, le 10 février 2020. Le Programme Concerté de Renforcement des Capacités des Organisations de la Société Civile et de la Jeunesse Guinéenne (PROJEG), mené, conjointement, pendant 12 ans, par Aide et Action, l’Agence Française de Développement et le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères vient de s’achever. Le bilan de ce projet – qui rassemblait plus de 700 organisations des sociétés civiles et les pouvoirs publics guinéens et français – destiné à renforcer le développement et la paix en Guinée est plus que positif. Alors que le contexte électoral guinéen actuel se tend, le PROJEG laisse la place à une société civile consciente des enjeux actuels et mieux préparée à relever les défis de la Guinée.

La nécessité de mettre sur pied un espace de dialogue et de concertation, rassemblant largement autour des enjeux économiques et sociaux de la Guinée, s’est concrétisé en 2008 avec la création du PROJEG, dont l’objectif était d’accompagner, au mieux, les évolutions du pays. À partir de 2016, le PROJEG a transformé ses modalités d’intervention pour se positionner en accompagnement de collectifs d’acteurs vers l’autonomie. En 12 ans, le PROJEG a agi pour l’unité de la société civile en temps de crise et pour la prévention des conflits ; appuyé de nombreuses enquêtes autour de violations des droits de l’Homme ; mobilisé la diaspora lors de l’épidémie d’Ebola en 2015, tout en dénonçant, en parallèle, l’isolement alors imposé à la Guinée ; œuvré à l’élaboration de textes de Lois comme le code minier, pour une plus grande contribution des compagnies minières au développement local ou encore le code de procédure pénale pour la criminalisation de la torture ; enclenché un processus pour rendre l’orpaillage plus humain et vertueux ; permis la création d’une filière d’animateurs socio-éducatifs (déjà plus de 900 animateurs formés) et fait émerger de nombreux jeunes leaders guinéens. « Nous avons travaillé sur des enjeux et des sujets phares pour la Guinée. Nous avons obtenu de grands résultats, de grandes réussites et de grands changements. Mais le plus impressionnant reste l’évolution des acteurs qui ont eux-mêmes grandi d’année en année. C’est une vraie fierté pour nous » se réjouit Sonia VINOLAS, Coordinatrice France du PROJEG.

2018 a également vu l’émergence d’un réseau des femmes – partenaires du PROJEG – défenseures des droits humains et certaines activités, menées et abouties par le PROJEG, autour de la jeunesse (Jury Citoyen, Conseil Local des Jeunes) ont été transmises à des partenaires (Agence Nationale de Financement des Collectivités, Ministère de la Jeunesse et de l’Emploi Jeune) afin qu’elles soient pérennisées. « Les acteurs de la société civile, y compris les jeunes, sont devenus de vrais acteurs politiques dans le sens noble du terme. Ils sont devenus plus légitimes et bénéficient désormais d’écoute et de reconnaissance. Ils sont davantage experts sur les enjeux du pays, plus autonomes et exemplaires avec des pratiques traduisant l’égalité et le respect » rajoute Moctar DIALLO, Directeur d’Aide et Action en Guinée et coordinateur du PROJEG.

« Dans un contexte sanitaire, social, ou encore politique, difficile et mouvant, Aide et Action, qui a été le chef de file du PROJEG en France, a démontré sa capacité à gérer des projets de grande ampleur sur le long terme. Le PROJEG achevé, c’est désormais une société civile guinéenne en mouvement qui va pouvoir continuer à se mobiliser autour des enjeux politiques, économiques et sociaux, actuels et à venir, de la Guinée » complète Charles-Emmanuel BALLANGER, Directeur d’Aide et Action. « Désormais, le dernier chantier, peut-être le plus important, est de faire en sorte que la dynamique continue. Aujourd’hui le programme s’arrête, mais seulement sur les plans administratif et financier, les acteurs eux vont continuer à être en lien et à travailler. La Guinée va affronter des heures très sombres, avec des risques de déstabilisation et de crises internes, il est important que tous continuent à s’investir pour que le pays ne soit pas isolé », conclut Sonia VINOLAS.

Complément : L’expérience du PROJEG : accompagnement de la société civile vers l’autonomie

Pour tout complément d’information et/ou demande d’interview, contactez : Djènè Madé Fofana, Responsable parrainage communication, Aide et Action Guinée BP.4613, Conakry, commune de Ratoma, quartier Kipé Dadiyah, rue 14 Tél . +224 629-84-04-04 email : aea.guinee@aide-et-action.org

Convaincue que, sans éducation, aucun progrès économique, social, sanitaire ou politique n’est possible, Aide et Action, organisation de développement par l’éducation, contribue, depuis près de 40 ans, à améliorer l’accès et la qualité de l’éducation pour des millions d’enfants et d’adultes. Aide et Action est une association reconnue d’utilité publique, agréée par le Ministère de l’Éducation nationale, et libre de toute attache politique et religieuse. Notre engagement et nos actions sont fondés sur les valeurs de liberté, respect, solidarité, équité et intégrité. Aide et Action travaille en étroite coopération avec les acteurs, populations, associations, gouvernements et autorités locaux. Aide et Action mène aujourd’hui 74 projets dans 19 pays d’Afrique, d’Asie du sud et du sud-est ainsi qu’en France – Europe. En 2018, nous avons ainsi aidé 1,2 million d’enfants, de jeunes et d’adultes à bénéficier d’une éducation de qualité ou de nouvelles compétences professionnelles. www.france.aide-et-action.org

Print Friendly, PDF & Email