Kankan : la police et la gendarmerie pointées du doigt dans le meurtre d’un jeune par noyade

0
281

Les jeunes chauffeurs et apprentis ont repêché le corps d’un des leurs dans les profondeurs du fleuve Milo ce jeudi 6 juin 2019 à 12h. Selon les informations recueillies sur place, le jeune a été pourchassé par les agents de sécurité à 9h. C’est en tentant de prendre la fuite avec un ami qu’il est tombé dans l’eau avant de mourir par noyade. Cette situation a mis des jeunes en branle. Pointées du doigt, la gendarmerie et la police ont réfuté les accusations.

Selon les informations, la victime s’appelle Amadou Condé. Ce jeune, chauffeur de profession, était âgé d’environ 27 ans. C’est étant assis au abord du fleuve Milo avec un ami, qu’ils ont aperçu un pickup avec les agents à bord. Ces derniers les auraient pourchassés. Pris de peur, ils ont fui en essayant de traverser le fleuve pour aller de l’autre côté. Moussa Diawara, l’ami d’Amadou Condé,  a pu passer. Il raconte : « Quand on s’est rencontré ici, on s’est salué. Il avait la drogue. Il a un peu rappé. Après il m’a dit que l’endroit-là est isolé, donc d’aller s’assoir de l’autre côté. On  est allé causer un peu, puis il m’a montré sa carte d’identité. Son nom c’est Amadou Condé, son papa s’appelle Mamadou Condé. Après les agents sont venus. Il a eu peur, on s’est tous jeté dans l’eau. Lui il n’a pas pu nager. C’est Dieu qui m’a sauvé. Moi j’ai vu la gendarmerie ».

Un autre témoin oculaire des faits du nom de Mohamed Camara souligne que c’est la police qui est intervenue sur les lieux : « Nous étions juste assis à côté. On n’a vu deux jeunes se jeter à l’eau. L’un est remonté, mais le deuxième est resté. Il s’est noyé. C’est le pickup des policiers qui était garé, après deux agents sont descendus pour pourchasser les jeunes, le pickup a continué à Kankan-Koura ».

C’est aux environs de 12h que le corps sans vie d’Amadou Condé a été repêché du fond du fleuve par Mohamed Diakité. « Quand moi je suis venu, j’ai trouvé des gens qui disaient qu’une personne est en train de se noyer. Après je me suis déshabillé, je suis descendu le chercher et je l’ai remonté, mais malheureusement il est mort déjà », a expliqué M. Diakité.

Accusés d’avoir pourchassé ces jeunes, les agents de la police et de la gendarmerie ont fait savoir qu’ils ne sont pas descendus sur le terrain le jeudi  matin. Alors que sur le terrain les gens ne parlaient que de ces deux services de sécurité.

Cette situation a irrité les jeunes, qui ont pris le corps de la victime dans un cercueil pour le déposer devant le commissariat de la police. Puis il y a eu des jets de pierres, puis des gaz lacrymogènes.

Le corps a été transporté à la morgue de l’hôpital régional de Kankan, nous apprend-on.

Mamadi Kaba depuis Kankan pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email