A l’occasion de la célébration de la journée internationale de la liberté de la presse, le nouveau ministre de l’Information et de la Communication, Fana Soumah et son équipe ont effectué ce vendredi 3 mai une visite de courtoisie à la Maison de la Presse (MDP), située dans la banlieue de Conakry.

Le ministre a été chaleureusement accueilli par les responsables du MDP, les associations professionnelles de presse et une forte mobilisation des journalistes reporters.

Dans son intervention de circonstance, Fana Soumah explique les raisons de cette visite et promet de résoudre progressivement le problème des hommes de médias en Guinée.

« C’est une simple visite de courtoisie comme on a l’habitude de le faire. On va brusquement dans les médias nous échangeons avec eux.  Au-delà de la déclaration (sur la journée internationale de la liberté de la presse, ndr) c’était nécessaire qu’on aille à la rencontre de nos amis et nos confères pour comprendre un peu leurs préoccupations. C’est fondamental. La journée de la presse, s’est aussi un moment de réflexion, analyser la situation de notre métier, les difficultés que nous avons…on essaye de résoudre progressivement.

J’ai pu quand même recenser les difficultés que vous avez évoqués mais je pense que vous allez essayer de mettre ça sur papier. On va voir comment résoudre le problème. » a indiqué l’ancien Directeur Général de la RTG.

Poursuivant son speech, le ministre de l’Information interpelle les journalistes à plus de responsabilité mais surtout à privilégier la stabilité de la nation.

Sélectionné pour vous :  Tribune : Comment rendre nos dirigeants moins arrogants et prétentieux ? (Par Aliou Bah)

Pour finir, Fana Soumah tend la main à ses confrères pour une franche collaboration.

De l’autre côté Aboubacar Camara a pris la parole au nom des associations professionnelles de presse.

« Cette visite est un sentiment de satisfaction et de réconfort. Depuis votre installation, on n’a pas manqué votre soutien. Dans nos réunions… on le rappel pour dire que le ministre Fana est à pied d’œuvre pour nous aider notamment dans la résoudre de cette crise… » a soutenu Aboubacar Camara.

En plus des problèmes de la presse privée, il a parlé de la situation de la Maison de la Presse. Cette maison commune des journalistes est confrontée au problème d’électricité notamment des factures impayées et d’autres besoins, dit-il.

Ibrahima Soya

LAISSER UN COMMENTAIRE AVEC Facebook