L’Eid-El-Fitr à Kankan : voici ce que le grand imam demande aux musulmans

0
372

A l’instar de leurs coreligionnaires du monde entier, les fidèles musulmans de la commune urbaine de Kankan ont célébré avec beaucoup d’engouement ce mardi 4 juin 2019, la fête de l’Eid-El-Fitr. Cette fête marque la fin du mois saint de Ramadan après 29 jours de jeûne, de pénitence et de repenti.

Très tôt le matin, les mosquées et autres sites de prières ont été prises d’assaut par les fidèles musulmans de la commune urbaine de Kankan venus accomplir la prière pour couronner 29 jours d’adoration.

A Timbo, la cour de la grande mosquée était pleine à craquer de fidèles musulmans, après la prière des deux rakats, le grand imam de Kankan, Karamo Bangaly Kaba, a invité les parents à inculquer les valeurs de la religion musulmane aux plus jeunes : « Il nous est recommandé d’inculquer les connaissances de l’islam aux jeunes, la prière, le jeûne, le pèlerinage, en plus nous devons nous conseiller d’arrêter certaines pratiques, comme boire de l’alcool, prendre de la drogue, voler, tuer, l’abus de confiance et la fornication ».

Les autorités administratives à tous les niveaux étaient toutes aux rendez-vous à la prière commémorant la fin du mois saint de ramadan. « D’abord c’est un sentiment de satisfaction. En cette journée sainte, je voudrais souhaiter à l’ensemble des populations de la région mes vœux de bonne fête. La religion musulmane est une religion de pardon, de clémence et l’entente. Je prie le Tout Puissant Allah, que nous ayons pitié les uns des autres, que nous nous pardonnions, que nous nous donnions la main dans l’intérêt supérieur de cette nation », a  dit Mohamed Gharé, gouverneur de la région de Kankan.

Ces belles paroles du numéro 1 de la région ont été renchéries par le préfet de Kankan, Aziz Diop : « Je prie Dieu pour la population de Kankan, les jeunes les femmes pour la prospérité et que le bonheur règne à Kankan. Kankan n’est pas qu’une ville bénie. C’est aussi une ville de bénédiction, c’est une ville pour tout le monde. C’est pourquoi on dit Nabaya ».

Profitant de cette journée, de nombreux fidèles de cette ville ont  partagé leurs sentiments de joie, de paix et d’amour à l’endroit de leurs concitoyens à l’image de Mohamed Kaba professeur d’histoire : « Mes vœux sont les meilleurs à l’endroit de mes concitoyens. Je souhaite une paix durable et une cohésion sociale pour la Guinée. Que cette année soit une année de prospérité et de développement pour tous les guinéens ».

Malgré le contexte économique lié à la cherté de la vie, les citoyens de Kankan se sont massivement mobilisés dans toutes les mosquées et sites de prière, pour accomplir leur obligation religieuse.

Mamadi kaba depuis Kankan pour lecourrierdeconakry.Com

Print Friendly, PDF & Email