N’Zérékoré : les citoyens s’inquiètent face à l’insécurité grandissante dans cette ville

0
342

La ville de N’Zérékoré est plongée dans une insécurité depuis quelques mois qui ne dit pas son nom. Il ne se passe plus une nuit sans qu’un cas de braquage, de vol ou d’agression physique ne soit signalé. Les citoyens rencontrés par notre rédaction se disent inquiets face à cette situation et demandent aux autorités à prendre leurs responsabilités.

Dans cette préfecture de la Guinée forestière, le constat est alarmant, portes défoncées, des jeunes filles ou femmes dépossédées de leurs objets, des motos volées.

Rencontré au quartier Nyein, Téninké Oularé, déclare que sa famille a reçu la visite d’un malfrat dans la nuit du dimanche 24 au lundi  25 août dernier. Selon lui, ce malfrat est rentré dans la chambre pour voler le téléphone de sa fille. « Il était armé d’un couteau et d’un bâton ; il a défoncé la porte pour prendre le téléphone de ma fille » a-t-elle expliqué.

Dans le même quartier, un jeune agent conservateur de la nature indique avoir été victime de vol de moto il y a moins  d’un mois. Selon le caporal-chef Abdoulaye Camara : « ma moto était au salon ici, ils sont rentrés pour prendre sans casser la porte. Jusqu’à présent je me demande comment ils ont pu le faire sans que personne ne se rende compte » s’étonne-t-il.

Défoncer des portes n’est pas le seul mode opératoire de ces malfrats. Ils s’attaquent aussi à des personnes dans les lieux isolés surtout pendant la nuit.

« A l’heure-là, il est difficile de marcher seul la nuit à N’Zérekoré. Les bandits sont partout, surtout au niveau du rond-point du gouvernorat, ils s’attaquent aux gens pour leur arracher leurs téléphones, portes feuilles ou autres objets de valeur. Les filles qui quittent les lieux de loisirs constituent souvent leurs cibles. Le lavage qui est à côté de ce rond-point est devenu un véritable nid de bandits. Tout le monde le sait mais personne n’en parle » déplore Aboubacar Diallo.

Face cette réalité qui gagne le terrain dans la ville, cet homme rencontré dans un café bar se dit inquiet : « La situation que nous traversons actuellement est très inquiétante. Chaque jour, si tu n’entends pas que les bandits ont attaqué une personne pour l’arracher des objets, tu entends qu’ils ont défoncé la porte de quelqu’un ou volé quelque chose. On n’est vraiment dans l’insécurité. L’Etat doit faire quelque chose pour assurer notre sécurité » a-t-il rappelé.

Pour rappel, lors de son installation, le maire Moriba Albert Delamou avait annoncé la mise en place d’une brigade de veille dans les quartiers. Mais jusque-là, cette brigade tarde à voir jour.

Mamady 2 Camara, correspondant à N’Zérékoré

 

Print Friendly, PDF & Email