Accueil Actualités Université guinéenne : Plus de 4 milliards GNF détournés par mois, plus...

Université guinéenne : Plus de 4 milliards GNF détournés par mois, plus de 50 milliards par an

83
PARTAGER

Pour avoir un fichier consolidé et débarrassé des étudiants fantômes ou fictifs et plusieurs autres anomalie, le Ministère de l’Enseignement Supérieur a lancé en octobre 2016 une opération de recensement dans des étudiants et du corps enseignants

Les résultats provisoires de ce  recensement biométrique ont été publiés ce 1er mars  avec de grandes révélations. Premier choc dans les résultats présentés, le nombre d’étudiants fictifs.

« En effet, sur un total de 85.585 étudiants théoriquement inscrits dans les IES publiques et privées pour la zone de Conakry, seuls 38.647 ont été effectivement recensés ; soit un écart de 46.938. »

Au-delà des étudiants fictifs,  745 PV non existants ont été détectés et  86 PV sous un autre nom, 2 cas de doublon, 2 cas d’anomalies et 71 cas de faux diplômes.

Pour le ministre Abdoulaye Yéro Baldé, la biométrie au-delà de la maîtrise des effectifs, c’est aussi l’occasion de s’intéresser aux aspects pédagogiques de l’enseignement. Cette opération de biométrie a permis de déterminer le nombre d’équipements qu’il faut pour un laboratoire, le nombre d’étudiants, d’enseignants et le type d’encadrement le plus adapté.

 Abdoulaye Yéro Baldé, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique affirme que  grâce à la biométrie, l’État va pouvoir faire des économies et favoriser la réorientation de ces fonds vers la construction d’infrastructures et l’équipement de nos universités publics mais aussi de nos enseignants.

Aujourd’hui avec ce grand déballage d’un système de détournement organisé entre les universités guinéennes et certains cadres du ministère de l’Enseignement supérieur, il est plus que  nécessaire de s’interroger sur l’ouverture d’une enquête pour comprendre à qui profite ces détournements.

Il faut rappeler qu’en moyenne un étudiant guinéen touche une bourse d’entretien de 90.000 GNF. Pour 46.938 étudiants fictifs, cela donne un montant  de 4,224,420,000 GNF (Quatre milliards deux cent vingt-quatre millions quatre cent vingt mille franc guinéens) par mois soit plus de 50 milliards par an.

Djeky Diallo

Print Friendly, PDF & Email