Moins de 24h après la dissolution du gouvernement Benard Goumou, le Secrétaire Général de la Présidence, Général Amara Camara et certains membres du CNRD ont reçu ce mardi 20 février les secrétaires généraux et directeurs de cabinets des départements ministériels. Cette première réunion de travail entre les parties portait essentiellement sur la poursuite des affaires courantes de l’administration guinéenne.

Après avoir rappelé la mission du CNRD pendant cette transition qui a démarré le 5 septembre 2021, le Général Amara Camara a transmis les consignes du Chef de l’Etat aux secrétaires généraux et directeurs de cabinets qui doivent assurer l’intérim en attendant la mise en place d’un nouveau gouvernement.

« La transition en Guinée est sociale, économique et politique. Dans l’exercice des fonctions des ministres, il a été constaté qu’il fallait redonner un nouveau souffle pour assurer la continuité du travail. Le chef de l’Etat a bien voulu renouveler sa confiance en vous pour assurer la conduite des affaires courantes. Cela voudrait dire que ça devrait se faire correctement et proprement dans la rigueur et dans la ponctualité. » a lâché le ministre secrétaire général de la Présidence de la République de Guinée.

C’est dans ce même ordre d’idée que le Chef d’Etat-major, Général de Brigade, Ibrahima Sory Bangoura, renchérit tout en mettant un accent particulier sur les mesures prises par la junte.

Selon lui, ces mesures conservatoires visent à permettre aux secrétaires généraux et directeurs de cabinets de pouvoir bien assurer la continuité de l’administration.

« Ces mesures se résument tout simplement à la mise à la disposition des véhicules au garage du gouvernement et le gèle des comptes. Toutes les pièces qui peuvent vous servir à travailler doivent être aux différents départements. Les gardes de corps qui sont là sont tenus de se démobiliser pour rejoindre leur unité en attendant. Tous les documents doivent être là pour vous permettre de prendre en main la conduite de l’administration. En ce sens, le haut commandement ainsi que le directeur général de la police nationale sont chargés de mettre les tampons (c’est des mesures de sécurité qui vont être là au niveau de département pour éviter beaucoup de fuites). Mais ces actions ne sont pas dirigées contre quelqu’un. C’est une question de responsabilité. On a pris nos responsabilités pour que vous puissiez prendre en main les rênes jusqu’à ce que d’autres décisions viennent s’ajouter ».

Au micro de la DCI, le secrétaire général du ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, Moustapha Kobélé Keita, est revenu sur la portée de cette rencontre.

« Le souci du secrétaire général de la présidence, c’est de coordonner toutes les actions au niveau de la présidence. Les limites ont été fixées avec des conditions de travail et des groupes de travail ont été créés. Chaque secrétaire général retournera à son département, il va travailler sur les dossiers et il remontera le résultat du travail au niveau de la commission à laquelle il appartient et les décisions seront prises à ce niveau. » A réagit le successeur de Mory Condé.

Il faut rappeler que c’est vers la soirée de ce lundi que le Chef de la junte militaire, Général Mamadi Doumbouya a pris le décret pour dissoudre le gouvernement Goumou sans donner les raisons. Par la suite, les membres de ce gouvernement ont immédiatement perdu tous les privilèges mais surtout leurs comptes bancaires sont gelés.

Ibrahima Bah