Accueil Actualités 28ème Congrès des notaires d’Afrique à Conakry : Alpha Condé et son ministre de...

28ème Congrès des notaires d’Afrique à Conakry : Alpha Condé et son ministre de la justice pas sur la même longueur d’onde

73
PARTAGER

Le 28ème congrès des notaires d’Afrique s’est tenu à Conakry le e mercredi 30 novembre 2016, avec pour thème : ‘’Partenariat institutionnel du notariat’’. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Président Alpha Condé.

D’entrée de jeu, l’honneur a été donné à la présidente de la chambre des notaires de Guinée, Me Fatoumata Yarie Yansané, de souhaiter la bienvenue à ses confrères d’Afrique et d’Europe venus pour la circonstance.

Me Fatoumata Yarie a profité de l’occasion pour exposer tous les maux dont souffres les notaires guinéens.

« Nous rencontrons d’énormes difficulté en matière foncière, nous subissons la concurrence déloyale des chefs de quartier qui n’ont ni la qualité ni la compétence pour recevoir des actes et sont pourvoyeurs de l’inflation du contentieux foncier en Guinée », a-t-elle indiqué.

Sur la question de notaire, le président de la République, n’a pas manqué de rappeler l’obligation qu’a un notaire.

« Le notaire avant d’authentifier un acte, doit vérifier que tous les ayants-droits concernés ont donné leurs consentements. Et, ajoute-il : que l’un d’entre eux décide de vendre le terrain sans l’accord de l’autre, c’est une obligation pour le notaire de vérifier si tous les ayant-droits sont d’accord », a- expliqué le n°1 guinéen. Avant de déploré que malheureusement, tel n’est pas le cas chez les notaires guinéens.

Pour le ministre de la Justice, garde des Sceaux  Me Cheick Sacko, le cas évoqué par le président de la République concernant les notaires, n’est pas général. Car, dit-il :

« je fais confiance à la chambre puisqu’il y a une procédure disciplinaire au sein de cette chambre. Ce qui est important c’est l’empiètement que certains font sur la fonction du notaire », a-t-il signalé.

Pour lui, il est  inacceptable que les chefs de quartier soient sur le terrain des notaires. « Désormais, nous ferons en sorte que le citoyen aille vers le notaire pour faire les actes, comme on le voit dans les autres pays », a-t-il conclut

Nantènin Traoré

 

Print Friendly, PDF & Email