Suite à l’arrêté du Premier ministre, Bernard Gomou portant sur la désignation des facilitatrices (Makalé Traoré, Hadja Aicha Bah et Joséphine Léno ) une bonne partie de la classe rejette cette décision du locataire du palais de la Colombe.

Lors d’une rencontre tenue ce lundi 3 octobre à Conakry, les Alliances et Coalitions de l’ANAD, du FNDC Politique, de la CORED et du RPG ARC-EN-CIEL et Alliés ont exprimé leur opposition à travers une déclaration.

Dans le document, il est souligné que les facilitatrices qui devraient être choisies par les partis au dialogue sont plutôt nommées de façon discrétionnaire.

« Le médiateur de la CEDEAO est plus figuratif qu’architecte capable de lever tous les obstacles. Notamment, les atteintes inadmissibles aux droits et libertés fondamentaux, pour rendre possible et fécond le dialogue nécessaire à une sortie réussie de la transition. »

Ces coalitions indiquent que seuls les acteurs politiques les plus représentatifs de la nation peuvent discuter avec la junte, des conditions de la tenue d’élections transparentes et crédibles pour renouer avec l’ordre républicain.

« En conséquence, conformément à notre précédente déclaration du 21 septembre 2022, nos Alliances et Coalitions politiques rejettent l’arrêté du Premier ministre. » lit-on.

Ces coalitions exhortent à cette occasion le CNRD à définir de concert un cadre de dialogue consensuel capable de sortir la Guinée paisiblement de la transition. Afin de renouer avec la démocratie et le développement durable.

Les leaders affirment que leurs alliances et coalitions tendent la main au CNRD dans l’esprit de l’article 77 de la charte de la transition.

Ibrahima Foulamory Bah