La Fédération Guinéenne des Associations des Guérisseurs Traditionnels et Herboristes (FEGATH) a tenu ce lundi une conférence de presse à Conakry pour évoquer les débordements et ingérence du ministre de la Santé dans le domaine des Tradi-praticiens et celui de la Justice.

Devant les hommes de médias, les membres de la fédération dirigée par Mamadi Daman Traoré ont fait un compte rendu de leur rencontre avec le ministre pharmacien, Oumar Diouhé Bah. Ls conférenciers ont déploré l’attitude des cadres du ministère de la Santé et de l’Hygiène Public qui empêchent la fédération de gérer la médecine traditionnelle. Cela malgré l’obtention de son agrément depuis 2011.

« Monsieur le ministre a dit que la Fédération n’a ni loi, ni qualité, ni mandat pour contrôler des médicaments traditionnels, le recensement des tradi-practiciens et la formation des médecins tradi-praticiens en République de Guinée. Que c’est les médecins de la médecine moderne qui doivent contrôler la médecine traditionnelle… »

« Monsieur Ministre de la Santé abusant de son autorité, a délibérément dit que tous ses cadres de la Santé qui font l’objet de plainte à la Police Judiciaire et la Justice, qu’il va appeler son homologue Monsieur le Ministre de la Justice Yaya Kaïraba Kaba de libérer tous les concernés, se croyant au-dessus de la loi avec ses cadres. », a indiqué le porte-parole de la fédération, Amadou Kouta Camara.

 En plus de réclamer un bureau pour la fédération au sein du ministère de la Santé, la fédération des Associations des Guérisseurs Traditionnels souhaitent obtenir un budget pour réaliser ces trois gros projets présentés au Conseil National de la Transition. Il s’agit de : le contrôle des médicaments traditionnels dans les 33 préfectures ; le Recensement des Tradi-praticiens dans les 33 préfectures ; la Formation des Tradi-praticiens dans les 33 préfectures.

Sélectionné pour vous :  Covid-19 : Les 305 personnes contacts recensées à Labé présentent des résultats satisfaisants

Par ailleurs, les conférenciers laissent entendre qu’au ministère de la Santé, une structure sans agrément est créée pour bénéficier de la subvention de la médecine traditionnelles. Par conséquent, la FEGATH a du mal avoir des fonds pour son bon fonctionnement. C’est pourquoi, elle a porté plainte conte ces cadres du département de la Santé.

Ibrahima Soya

LAISSER UN COMMENTAIRE AVEC Facebook