Incarcération de Faya : Ses avocats convaincus que le juge ne se soumettra qu’à l’autorité de la loi

0
31

Des militants du Bloc Libéral (BL) et des amis du Dr Faya Millimouno ont organisé lundi 5 août une manifestation de soutien au président du BL à la maison centrale de Conakry.

Le président du Bloc Libéral, le Dr Faya Lansana Millimouno, a reçu le soutien de ses militants et de ses amis ce lundi 5 août 2019.  « Nous sommes ici pour apporter notre soutien à notre président dans cette douloureuse épreuve qu’il est en train de subir actuellement », a expliqué Kadiatou Diallo, membre du conseil communal de Matoto élu sous la bannière du BL, qui estime que le maintien en prison de Faya est un acharnement contre lui : « Nous allons continuer le combat parce qu’il est en prison. Normalement, il ne devait pas être détenu parce que ce n’est pas un crime qu’il a commis pour qu’on le détienne en prison. C’est juste de l’acharnement contre le leader du BL. »

De son côté, l’ancien directeur de la Communication du BL, Aliou Bah, désormais président du Mouvement démocratique et libéral (MoDel), pense que Faya Millimouno est victime d’injustice : «Au-delà de ça, c’est de l’injustice dont il est victime étant donné qu’il se bat vaillamment pour la démocratie dans notre pays. Nous avons déploré le caractère excessif de la démarche qui a été engagée. »

Quant à Me Gabriel Kamano, un des avocats du président du Bloc Libéral, il se dit convaincu que le procureur de la République et le juge d’instruction se soumettront à l’autorité de la loi : « Nous étions venus rencontrer notre client. Il a le moral et il est combatif. Nous espérons que les heures à venir, le juge d’instruction va l’entendre sur le fond. Nous accordons le bénéfice de la bonne foi au procureur de la République et au juge en charge du dossier. Nous sommes convaincus qu’ils ne vont seulement se soumettre qu’à l’autorité de la loi. »

Le leader du BL est détenu suite à une plainte pour diffamation du ministre de la justice qu’il a accusé d’avoir été porte-parole de la rébellion qui avait attaqué la Guinée en 2000.

Thérèse DIALLO pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email