Scandale à la CAN 2019. Après les dénégations de Paul Put, Antonio Souaré dos au mur ? (Par Saliou Samb)

0
54

L’entraîneur belge Paul Put, au cœur de graves accusations faites publiquement par le président de la Fédération guinéenne de football, Mamadou Antonio Souaré, a montré, dans un communiqué diffusé par nos confrères de Guinéenews, qu’il ne compte pas jouer le rôle de la tête de Turc dans le grand scandale qui frappe le football guinéen. A l’évidence, le Belge a engagé sa partie d’échecs pour jauger la subtilité de ses employeurs et la capacité de réaction de la Féguifoot.

« Depuis l’élimination du Syli national en 1/8 de finales de la CAN 2019 et suite à la conférence de presse animée par le président de la Féguifoot Monsieur Antonio Souaré, beaucoup de mensonges circulent sur moi pour me salir. Je tiens vigoureusement à démentir tous ces mensonges honteux ». La contre-attaque est vigoureuse ferme et ne laisse plus aucune marge au président de la Féguifoot, condamné à agir, en apportant les preuves des accusations portés à l’endroit de l’actuel entraîneur du Syli national de Guinée  – il occupe toujours le poste ! – lors de son point de presse qui a suivi l’élimination de l’équipe nationale (Ndlr : voir les bons extraits en bas de cet article).

Tout en nuance, Put poursuit : « Du début de ma carrière d’entraineur à aujourd’hui, je n’ai jamais, au grand jamais touché un seul centime avec un autre joueur. Je mets quiconque au défi de prouver le contraire que j’ai pris un seul centime de franc guinéen avec un joueur guinéen ou d’une autre nationalité. Je n’ai jamais racketté ni un joueur, ni un membre de mon staff. D’ailleurs j’ai reçu plusieurs messages de soutien de mon staff et de mes joueurs ». Il est clair que cette partie du communiqué de presse est une dénégation ferme de tout ce que Souaré a insinué et même affirmé de manière péremptoire, soutenant que Put « ne peut pas le nier ».

Toujours dans sa lancée, le Belge affirme, droit dans ses bottes : « Tout ceci est fait pour nuire à mon image, pour me pousser à bout. C’est de la diffamation. J’aurais apprécié faire un bilan de notre participation en toute sérénité, mais hélas ! On peut ne plus, ou jamais aimer quelqu’un, mais nous devons rester honnête et sincère en toute circonstance et surtout envers la Guinée. Lorsqu’on m’a approché depuis le Kenya, j’ai accepté d’apporter ma pierre à l’édifice pour la ré construction du Syli national que j’ai toujours porté dans mon cœur. Nous avons atteint notre objectif qui était de nous qualifier à cette CAN. Nous avons réussi à nous qualifier en 1/8 de finale alors que la Guinée n’avait pas réussi à se qualifier lors de la dernière CAN encore moins en 1/8. Je reste persuadé que le Syli national retrouvera la place qui était la sienne dans le football africain avec nos jeunes qui montent en puissance. S’il vous plait, arrêtez de me salir pour rien ! »

A ce niveau, la coupe est pleine. Quel culot serait-on même tenté de dire, tant les propos de Souaré, aux antipodes de ceux de Put, raisonnent encore dans nos oreilles ! Mais analysons les propos les plus essentiels de Put, bribes par bribes, par rapport aux déclarations de Souaré.

Il est clair que si l’entraîneur du Syli nie clairement sa responsabilité personnelle par rapport au système de racket dénoncé par le président de la Féguifoot, il n’écarte pas une accusation de taille : Souaré a bien dit que Put a reconnu être au courant du système de racket mis en place par un mystérieux individu depuis la Belgique (du club « de Lokeren »), visant les membres du staff technique ! L’entraîneur du Syli ne dit pas qu’il n’était pas au courant. Or, ce point est fondamental.

Le technicien belge ne s’est pas non plus prononcé sur une autre accusation de Souaré qui a déclaré que tous les membres du staff technique se sont fait la belle nuitamment, sans demander leur reste, à peine deux heures après l’élimination de la Guinée ! Son communiqué n’y fait pas allusion or ce second point hallucinant mérite des explications crédibles.

Souaré a également affirmé, sans détours, que Put n’a la maîtrise ni de son staff technique (en indexant la « fuite » de l’ensemble de ses 17 membres) ni de celle de ses joueurs dont il disait à demi-mots qu’ils ont été imposés par le mystérieux « chef » de la bande mafieuse. Là aussi, Put ne répond pas à une accusation qui touche directement à son intégrité. Pourquoi n’a-t-il pas touché la Féguifoot après avoir reçu le « texto » annonçant la débandade à 2 heures du matin ? Une autre chose pourrait d’ailleurs enfoncer le Belge si Souaré parvient à fournir la preuve que les membres du bureau exécutif de la Féguifoot étaient présents quand il passait aux « aveux »…

En tout état de cause, le diable est dans le détail. Il y a forcément un menteur dans cette histoire scandaleuse et pour le moins honteuse. A priori, après avoir été condamné par la justice belge, en 2014, dans une sombre affaire de paris truqués (voir https://www.sudinfo.be/art/1136395/article/2014-10-30/proces-des-paris-truques-paul-put-ancien-entraineur-du-lierse-condamne-a-deux-an), Paul Put ne bénéficie par de préjugés favorables. Malgré tout, il serait imprudent, à l’état actuel des informations et des versions données par les deux parties, d’accorder un blanc seing à l’une d’elles. Car si les propos de Souaré sont étayés par les faits, Put ne fera pas simplement l’objet d’une dénonciation au sein des instances régissant le football mondial qui pourraient décider de la poursuite ou non de sa carrière d’entraîneur ; il devra faire face à une plainte au pénal pour avoir participé à une entreprise mafieuse.

Pour sa part, Souaré devra affronter cette situation qui, non seulement affaiblit la Féguifoot et écorne le symbole que représente la sélection nationale, mais aussi ruine l’image de « l’abbé Pierre » qu’il veut se donner dans le milieu du football. Il est clair que, de son côté, ce ne sont pas les déclarations fleuries sur le traitement « royal » accordé au Belge, avec un salaire mensuel de 40000 euros pour un coach de sélection nationale (là où Hervé Renard gagne 120000 euros !) et un appartenant de… 6000 euros par mois qui vont lui permettre d’enfumer les moins naïfs. Il devra expliquer pourquoi le choix a été porté sur Put, à quelles conditions, et pourquoi lui-même qui dit détenir des textos compromettants et des informations de même valeur n’a pas pris de mesures conservatoires pour éviter ce retentissant fiasco. Une chose reste sûre : Put refuse de démissionner et cherche à se faire virer pour bénéficier, contre toute décence et toute morale, de grasses indemnités.

RAPPEL DES ACCUSATIONS DU PRÉSIDENT DE LA FEGUIFOOT LORS DE SON POINT DE PRESSE AU CAIRE. A comparer avec la déclaration de Paul Put !

« Il y a eu des manquements et ces manquements je les fait savoir à l’entraîneur et j’ai informé le bureau exécutif. (…) J’ai dit à l’entraîneur qu’il y a des informations qui circulent et il faut qu’il nous dise la vérité »

« J’ai jamais vu ça dans l’histoire du football. Qu’un match qui se joue la nuit et qui se termine à minuit, le matin on vient qu’on nous dise que tout le staff (technique) a disparu. Où ils sont partis, pourquoi ils sont partis ? (…) Et c’est pas nous qui avons payé les billets de retour. Donc c’était prémédité. Pourtant nous on ne les connait ni d’Adam ni d’Eve, c’est toi qui les a amenés. Et tous ont été payés »

« J’ai dit ça à l’entraîneur et il était absolument obligé de le reconnaître. Et la réponse qu’il nous a donnée ne m’a pas satisfait. Pour dire que lui-même n’était pas informé et que ces gens-là lui ont envoyé un texto à 2 heures du matin pour dire qu’ils s’en vont et qu’ils a tout fait que ces gens sont partis. C’est un manque de respect, c’est une irresponsabilité qui ne dit pas son nom »

« Chaque fois qu’on parle d’un joueur il (Put) dit non. Ce joueur-là il ne joue pas, il vient d’avoir un club, il n’a joué que 2 matches, 3 matches, Sadio (Diallo), joue en deuxième division, des trucs. Mais d’ici là tu vas prendre des joueurs de National (Ndlr :  3è et 4è division française)… Il y a un bruit pertinent et persistant que moi je n’arrive pas à comprendre dans le football sur le plan éthique : c’est le problème des primes. »

« J’ai dit (à Paul Put)  il faut nous dire: il paraît que tes membres du staff technique disent qu’ils sont rackettés sur les primes qu’ils reçoivent. J’ai des est-ce que c’est vrai ? Est-ce que c’est faux ? Parce que ça vient de chez toi-même et c’est toi qui les as amenés : nous on ne les connait pas. Ils dépendent de toi, ils ne dépendent pas de la Guinée et après le match ils ont tous disparu. Nous voulons comprendre pourquoi (…) Et ils le disent même :il y a des gens qui sont prêts faire des témoignages là-dessus (…) Qu’on leur dit même si tu ne paies pas ici, tu paieras en Belgique. J’ai d’abord c’est une menace, c’est très grave. Au point de vue éthique c’est très très grave. Mais  si ça s’avère vrai, tu ne pourras plus jamais entraîner dans ta vie. Il faut que tu fasses maintenant un rapport immédiatement et que vous me remettez ou bien vous prenez la décision ; c’est un choix la vie. Parce qu’en ce moment, nous avons été trahis »

« Il (Put) a dit tout simplement que lui aussi, il a appris comme ça. Que mais c’est pas lui mais qu’il y a quelqu’un qui est dans le clubs là-bas en Belgique qui les a envoyés et qui certainement leur prend des pourcentages. Que le gars se trouve dans le club de Lokeren »

« C’est des choses irréfutables : il n’a pas la main sur le groupe, il n’a pas la main sur l’équipe, ni sur son staff et que les choses qu’on lui reproche il y a quand même une part de vérité. Quand vous dites que c’est pas moi mais c’est quelqu’un qui est derrière moi qui les rackette c’est qu’il y a une part de vérité ».

« Je lui ai même dit Paul, moi j’ai des informations sur les textos que tu as envoyés : j’ai vu des textos où tu dis ne demandez pas 20000 (USD), c’est 30000 (USD)… J’ai dit ils sont prêts à témoigner contre toi. Parce que quand les choses se gâtent les langues se délient ».

Saliou SAMB

Print Friendly, PDF & Email