Accueil Actualités Douanes guinéennes : Autorisation préalable d’accès, une nouvelle règle à suivre

Douanes guinéennes : Autorisation préalable d’accès, une nouvelle règle à suivre

207
PARTAGER

A l’instar des douanes de la sous-région, la douane guinéenne aussi vient de se doter d’un nouveau système de contrôle d’accès à la rentrée de sa direction générale à Conakry. L’installation a été faite ce lundi 5 mars 2018. Pour la direction générale, la douane représente un service très important dans l’économie d’un pays d’où l’instauration de ce nouveau système de contrôle des accès.

A compter donc du lundi 5 mars, nul ne peut accéder à direction nationale des douanes sans être muni d’une carte d’accès.

Le chef service Communication Relations Publiques de la direction générale des douanes Colonel Pévé Touré rapporte que les douaniers ont besoin de quiétude, de sécurité et de sureté.

« Actuellement, notre sous-région est en proie de la criminalité transfrontalière, une raison de plus pour sécuriser le personnel de la douane, leurs biens et moyens de déplacements », nous a-t-il confié.

La direction générale des douanes est le lieu de prédilection des débrouillards de la capitale guinéenne. Jeunes hommes et femmes, vendeurs et vendeuses ou encore intermédiaires en affaire, transitaires agréés ou non, tous un motif de se retrouver dans l’enceinte de la douane.  Ce qui transforme  ce espace stratégique dans l’économie nationale en un centre commercial à ciel ouvert.

« A Conakry, nous avons remarqué que l’enceinte de la cour de la direction générale des douanes était devenu un lieu commercial. C’était un peu un marché où chacun venait faire son petit business ; c’était devenu un fonds de commerce de tout le monde. Donc nous étions tantôt envahit par des personnes qui se disaient transitaire, mais en réalité qui ne sont que des débrouillards Ils se font appeler indépendant, indépendant par rapport à quoi ? », S’est-il interrogé

Le principe d’indépendance à douane répond à deux critères selon le Colonel Pévé Touré.

«  Quand on dit personne indépendante, d’abord nous chez nous ici, nous avons deux catégories de transitaire agrée en douane. Il y a des commissionnaires en douane, personne physique et les commissionnaires en douanes personnes morales. Chaque société de transit, chaque commissionnaire agrée en douane, dépose une caution qui varie de 50 millions à 200 millions.  Pour ceux qui payent  50 millions, il y a une surface, il y a un niveau d’opération qui est attribué à ces catégories et les 200 millions, il y a une catégorie aussi ».

Pour faciliter l’accès dans son enceinte à ses usagers, la direction des douanes a attribué des cartes d’accès aux boites de transit en fonction du niveau de service.

«  Nous avons  réparti les cartes en fonction du niveau de la caution. Les entreprises avec une caution de 200 millions ont reçue 5 cartes et ceux qui ont la surface de 50 millions ont eu  trois cartes. On donne ces cartes aux directeurs des sociétés de transit, qui vont donner à leurs employés. Donc c’est ce personnel-là qui est autorisé à accéder à la douane à partir du système de contrôle d’accès parce que ces cartes-là te permettent d’accéder dans la cour de la direction générale à travers une puce incorporée dans ces cartes qui permet de débloquer le système pour que tu rentres », a expliqué le colonel Touré.

Le personnel qui travaille à la direction de la douane n’est pas mis à l’écart dans la distribution de ces cartes d’accès. Les travailleurs de la douane bénéficient de puces épinglées sur leurs véhicules.  «Elles sont collés au niveau des para brises, et dès que tu approches de la barrière elle se soulève, il y a aussi des cartes ».

Pour les autres catégories de travailleurs de la douane comme le service de nettoyage, de gardiennage, et autres, il y a une façon plus simple. Les empreintes digitales. « Ces gens-là ont été recensés et enregistrés dans le système grâce aux empreintes digitales. Donc quand ils viennent ils mettent leurs empreintes et automatiquement la barrière se lève et ils passent », a dit le chargé des relations publiques.

Les transitaires et autres usagers ont encore du mal à accepter la nouvelle règle. Lundi dernier, un attroupement devant la direction générale des douanes a presque empêché le fonctionnement de cette dernière.

Nantènin Traoré 

 

Print Friendly, PDF & Email