Accueil Actualités Politique Assemblée Nationale: des experts soulèvent plusieurs dysfonctionnements

Assemblée Nationale: des experts soulèvent plusieurs dysfonctionnements

49
PARTAGER

Le plan quinquennal stratégique de la 8ème législature 2014-2018 a fait l’objet de pré-évaluation le vendredi 2 novembre 2018 par une équipe de consultants avant d’être débattus par les parlementaires et leurs partenaires techniques et financiers.

La rencontre a eu lieu dans un espace hôtelier de Conakry  et a connu la participation de certains députés, des responsables et travailleurs parlementaires.

L’objectif est de montrer les progrès réalisés au cours de la législature actuelle mais également les défis à surmonter pour améliorer le fonctionnement de la prochaine assemblée nationale.

C’est une initiative du National Démocratic Institute (NDI) financé par le Programme des nations unies pour le développement (PNUD) en collaboration avec l’assemblée nationale.

Pr Maurice Zogblemou TOGBA fait partie de l’équipe des consultants, il fait le résumé de leur rapport d’évaluation : « Nous avons constaté que les travailleurs de l’administration parlementaire n’ont pas de statut ; aussi il y’a une politisation excessive des rapports au sein de l’assemblée nationale, ce qui amène souvent des blocages au niveau de la majorité. Or, toutes les questions qui viennent à l’assemblée nationale ne sont pas politiques, il y’a des questions très techniques ; nous avons constaté également qu’il n’y a pas de règlement administratif, celui de 1991 est inadapté ; il y’a eu beaucoup de voyages d’études mais malheureusement ceux qui assistent aux formations ne restituent pas », a-t-il évoqué.

Honorable Michel Kamano, en sa qualité de représentant  du président de l’Assemblée Nationale, a remercié le NDI et le PNUD pour cette initiative : « il est bon que nous reconnaissions ces insuffisances pour que ceux qui vont faire la relève puisse en tenir compte. C’est une observation objective de ce que nous avons pu faire et de ce que nous n’avons pas pu faire. Et avec les recommandations de ce rapport, le parlement pourra connaitre ce qu’il n’a pas pu faire et recommander à ce que les autres fassent mieux ».

Pour sa part, le PNUD a à travers son représentant au sein du parlement, Boubacar Bah s’est engagé davantage à accompagner l’assemblée nationale : « je voudrais à cette occasion de vous dire de tout l’engagement du management du Programme des nations unies pour le développement et à continuer à ne ménager aucun effort pour mobiliser davantage des ressources et de l’expertise en vue d’apporter notre contribution à l’appui de l’institution parlementaire », a-t-il promit.

A la suite de ce pré-rapport, les responsables du National Démocratic Institute (NDI)  ont promis de rendre disponible le document final dans les meilleurs délais.

Oumar M’Böh pour lecourrierdeconakry.com

 

Print Friendly, PDF & Email