Accueil Actualités Lélouma : Une jeune collégienne violée par un gendarme

Lélouma : Une jeune collégienne violée par un gendarme

260
PARTAGER

Les faits remontent au mercredi 07 mars 2018 soit quelques heures avant la célébration de la fête internationale des femmes. Un gendarme s’est jeté sur une jeune fille en classe de 10éme année  et l’a violé dans la commune urbaine de Lélouma. 24 heures après, le présumé auteur du viol a été mis aux arrêts à Lélouma avant d’être transféré avec sa victime au niveau de la sureté régionale de Labé a appris lecourrierdeconakry.com de sources officielles.

Rencontré vendredi matin au siège de la sureté régionale de Labé, la jeune fille dont se réserve de divulguer ici l’identité a voulu revenir sur les faits en ces termes : « je fais partie d’une tontine au niveau de laquelle on s’est engagé à  verser un certain montant quotidiennement. Donc, mercredi dernier comme j’étais un peu coincé, le gendarme m’a demandé  combien dois-tu déposer chaque jour; j’ai dit que je dois déposer chaque jour 15 000 GNF. Il a dit pas de problème, il faut me faire ça ; comme ça le soir je vais déposer les 15 000 GNF pour toi. J’ai accepté et lui a demandé d’envoyer ses habits, je vais laver. Directement, j’ai abandonné mes activités ; j’ai pris le complet et suis descendu avec mes amis au marigot où j’ai lavé puis est rentré suspendre sur la cour. Quelque temps après j’ai trouvé qu’il a plié le complet et mis dans un sac plastique; j’ai dit Ousmane comme tu as pris le complet maintenant ou sont les 15 000 GNF ? Il a dit vient chercher ton argent, j’ai dit ok j’arrive » explique la victime.

Et de poursuivre : « c’est ainsi que j’ai décidé de le poursuivre jusqu’à chez lui. Arrivé chez lui, je me suis arrêté au niveau de la porte et j’ai réclamé l’argent à nouveau. Il a dit il faut rentrer tu vas t’asseoir et écouter ce que j’ai à te dire. C’est ainsi que je suis rentré. Il a fait descendre un fer qu’il a plié et m’a frappé avec. Il a dit couche toi, j’ai dit non je ne peux pas me coucher. Maintenant il a fait sortir un couteau et j’ai eu peur. Il a dit soit tu acceptes ce que je veux ou bien je t’égorge et je m’égorge moi-même. Ensuite je me suis couché, il m’a violé, il m’a violé jusqu’à que je me fatigue. J’ai crié et personne n’est venu. Quand il m’a libéré, j’ai aussitôt porté plainte » poursuit la jeune collégienne.

Le gendarme présumé auteur de ce crime est toujours en détention au niveau de la sureté régionale de Labé où la victime était également en audition.

A suivre !

Bah Djeinabou Labé, pour lecourrierdeconakry

 

Print Friendly, PDF & Email