Accueil Actualités N’zérékoré : 812 candidats affrontent les examens de sortie dans les institutions d’enseignement...

N’zérékoré : 812 candidats affrontent les examens de sortie dans les institutions d’enseignement technique professionnel

105
PARTAGER

Les examens de sortie ont démarré ce lundi 12 juin 2017 sur toute l’étendue de territoire national. A N’Zérékoré, c’est le gouverneur de région Lancéï  Condé qui a procédé au lancement officiel des épreuves au Centre de Formation Professionnelle.

Ce sont au total 812 candidats issus des différentes institutions d’enseignement technique et professionnel qui  passent  ces examens dans la région administrative de N’Zérékoré. Ils sont repartis entre cinq centres dont trois dans la ville de N’Zérékoré et les deux autres à Macenta et Guéckédou.

« Les examens de sortie session 2017 ont été effectivement lancés par le département ce lundi 12 juin 2017. Par rapport à notre région, nous avons cinq grands centres pour 812 Candidat. Le premier, c’est l’ENI de N’Zérékoré, le deuxième c’est le CFP, le troisième centre c’est l’école de santé communautaire et les deux autres sont à Macenta et Guéckédou »  a indiqué  Jean Guilavogui, directeur régional de l’enseignement technique et professionnel de N’zérékoré.

Pour la réussite de ces examens, les autorités régionales en charge de l’enseignement technique et professionnel disent avoir pris plusieurs dispositions.

« Toutes les dispositions ont été prises par le ministère de l’enseignement technique et de la formation professionnelle parce nous avons reçu les cahiers de brouillon très tôt. Nous avons paginé et cacheté ces cahiers et tout est à disposition. Les PV d’appel sont aussi là. A notre niveau, nous avons mis les salles à disposition. Les élèves sont disposés un par banc pour éviter les fraudes » a expliqué Lancinet Kourouma directeur et chef du Centre de Formation Professionnelle CFP de N’Zérékoré.

Quant aux candidats, ils se réjouissent du déroulement des premières épreuves et se disent confiants quant à la suite de ces examens.

« Le premier sujet s’est bien passé et nous souhaitons la même chose pour la suite. La surveillance est également bonne. On s’entend avec les  surveillants. Il n’y a pas de violence » nous confie Foromo Lamah, chaudronnerie.

Même son de cloche pour Fatoumata Camara, élève à l’école de santé privée Elein Jonhson Serleaf.

« La première épreuves était abordable. Et je souhaite que  les autres soient plus faciles » a-t-elle apprécié.

Il faut rappeler que ces examens se dérouleront en deux phases : théorique et  pratique. La première phase prendra fin le 17 juin prochain.

 

Print Friendly, PDF & Email