Dans le cadre de la session budgétaire 2019, le ministre de la justice garde des seaux, Cheick Sacko a défendu son budget le 04 décembre 2018.

Le ministre de la justice annonce plusieurs chantiers dans le secteur de la Justice. Parmi eux, la construction et la rénovation des Tribunaux et Maisons de Justice du pays.

Ces réformes devraient permettre de promouvoir l’état de droit en République de Guinée et de rapprocher davantage des citoyens de la Justice.

Et pour matérialiser cela, le ministre demande un budget de plus 150 milliards de francs guinéens pour l’année 2019. L’année précédente, il avait comme budget un peu plus de 90 milliards.

Selon le Ministre de la Justice, Maître Cheick Sacko, a au passage fait tour dans son bilan de « Il y a l’adoption par les députés du code pénal et du code des procédures pénale en 2016 et qui est opérationnel ; l’achèvement des travaux et la mise en œuvre de la Chancellerie, nous avons déménagé depuis le mois de mars 2018 dans cette chancellerie. J’en avais fait une question de principe. Car, lorsque j’allais dans les pays voisins, je voyais les sièges des ministères de la Justice et chez nous ici on était dans une espèce de gourbi », a-t-il déclaré.

Rapprocher la Justice des justiciables este une question majeures malgré les avancées notoire.  L’année dernières les préfectures de Kankan, Kourroussa, Kérouané, Mandiana ont pu bénéficié de tribunaux; Et des palais de Justice flambants neufs ont été construits à Dalaba, à Pita et à Boké. « Actuellement on a trois maisons de justice qui marchent qui sont celles de Kindia, de Labé et à Kankan. Aussi, on a pu avoir une aide à travers la coopération américaine pour élargir ces maisons de justice sur d’autres centres urbains assez importants», a-t-il annoncé.*

La mise en place du conseil supérieur de la magistrature est un des faits qui galvanise le ministre CHeick Sacko.  «l’inexistence du conseil supérieur de la magistrature dans notre pays était une aberration. Donc, il était important que ce conseil existe et surtout qu’il fonctionne ; j’ai tenu à ce qu’il soit composé uniquement de professionnel c’est-à-dire de magistrats ».

Pour la poursuite de ces réformes et le renforcement continu des capacités des magistrats, Maitre Cheick Sacko plaide pour un décaissement rapide du budget alloué à son département.

Oumar M’Böh pour lecourrierdeconakry.com