Accueil Communiqué Appel à la libération et au dialogue avec les jeunes activistes arrêtés

Appel à la libération et au dialogue avec les jeunes activistes arrêtés

136
PARTAGER

Lundi 17 Juillet 2017, un projet de jeunes leaders de la Société Civile visant à organiser une marche en faveur du respect de notre constitution s’est soldé par l’interpellation de quatre activistes supposés être des meneurs du mouvement. Au-delà de l’interdiction de la marche qui était prévue, et qui du reste n’a pas pu voir lieu, la préoccupation de ces jeunes activistes s’inscrit en droite ligne de celle partagée  de l’écrasante majorité de la population guinéenne. Ce qui du coup donne une véritable légitimité à leur initiative.En effet, la confusion entretenue aujourd’hui, dans le débat politique, autour d’une éventuelle révision constitutionnelle en vue de favoriser des candidatures à vie à la magistrature suprême de notre pays, font craindre les risques d’une aventure périlleuse à l’issue incertaine dont notre pays n’a nullement besoin.

C’est en cela qu’il faut comprendre le sens de la manifestation légitime de ces jeunes, faute de cadre approprié capable de donner de la résonance de cette importante inquiétude qu’éprouvent nos braves populations.

C’est pourquoi, en apportant notre soutien unanime à la lutte de ces jeunes, nous exhortons les autorités à un esprit d’ouverture tendant à apaiser un climat sociopolitique de plus en plus précaire.

La question de fonds soulevée, ne doit pas être celle de réprimer les initiateurs dont les leaders doivent être libérés maintenant, mais plutôt, celle d’éviter toutes formes d’instrumentalisation d’une composante quelconque de la société aux fins d’une révision de la constitution dont les conséquences peuvent être désastreuses. Dans le fond encore, par leur initiative, ces jeunes  veulent promouvoir la bonne gouvernance, défendre la stabilité des institutions et la sécurité de la République.

Il doit être compris que ce combat initié par ces jeunes est indéniablement celui de tout un peuple.

Libérez donc Elie KAMANO et ses Compagnons, et dialoguer avec ces jeunes patriotes pour leur donner de l’assurance quant au respect de notre constitution.

 

Conakry, le 18 Juillet 2017

La Société Civile Guinéenne

 

Print Friendly, PDF & Email