Affaire de surfacturation de voyages des commissaires de la CENI : l’accusé nie les faits

0
101

Le procès portant sur la surfacturation des billets de voyage des commissaires de la CENI s’est poursuivi ce mercredi 20 avril 2022 dans la salle d’audience de la Cour de Répression des Infractions Économiques et Financières (CRIEF).

Parmi les principaux prévenus, seul Facinet Camara, PDG de Flavio Voyages et Tourismes SARLU, était présent. Le second Mohamed Kébé jeune frère de feu Me Salifou Kébé ancien président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) n’a pas pu comparaître pour des raisons de voyage selon son avocat.

Poursuivi pour des faits présumés de blanchiment des capitaux, enrichissement illicite et corruption, Facinet Camara, a comparu devant la barre, tout en niant toute accusation portée à son encontre avant de reconnaître certains faits. « Il n’y a jamais eu de contrat de travail entre moi et monsieur Kébé ». Néanmoins, M. Camara reconnaît quand même avoir été payé à 2 milliards de francs guinéens par la CENI dirigée à l’époque par Me Salifou Kébé.

C’est quand le président de la chambre Me Alhassane Mabinty Camara, a fait sortir un contrat dûment signé par Facinet Camara et a instruit la greffière Mme Djenabou Diallo de lire le contrat en haute voix, que le prévenu a reconnu ainsi l’avoir signé.

Après l’audience, l’avocat de l’accusé, Me Ousmane Simankan a tenu à préciser que son client a bénéficié d’un contrat à la CENI qu’il a exécuté et il a été payé.

Il indique que c’est à cause du montant qui lui a été payé comme frais de prestation que son client est poursuivi par la CRIEF. Pour lui « C’est un dossier n’a pas raison d’être là. » C’est pourquoi l’avocat assure qu’il est confiant que son client va gagner ce procès à cause du manque de preuves palpables de la partie civile.

Pour Me Bernard Saa Dissi millimouno, avocat de l’Etat dans ce dossier, après avoir suivi les explications du prévenu devant la barre, le représentant de l’Etat soutient que « C’est une mise en scène. Il s’agit de blanchiment de capitaux. On est formel, il y a enrichissement illicite. Et mieux que ça, vous avez vu ce fameux contrat sur lequel il y a des dates. Et sur ce contrat, le signataire au lieu de la CENI, c’est le chef de cabinet. Ce n’est ni le président de la CENI, ce n’est ni l’un des deux vice-présidents de la CENI, ce n’est ni le secrétaire général de la CENI. C’est le chef de cabinet de la CENI qui serait le signataire. »

L’affaire a été donc renvoyée au 11 mai prochain pour la suite des débats et la comparution de Mohamed Kébé qui serait en dehors du pays pour des raisons de santé.

Ibrahima Foulamory Bah pour lecourrierdeconakry.com

(00224) 628 80 15 62

bah4644@gmail.com

Print Friendly, PDF & Email