Drame à Makia Touré : Les membres du gouvernement se succèdent

0
168

Comme annoncé dans nos précédentes dépêches, les fortes pluies ont endeuillé le quartier Makia Tourré, secteur Dabondy dans la nuit de vendredi à samedi 18 mai 2019, où 5 enfants ont perdu leurs vies. Suite à ce drame, les membres du gouvernement se sont succèdés au chevet des victimes, ce samedi. D’abord, le Premier Ministre Chef du gouvernement, Dr Ibrahima Kassory Fofana en compagnie du Ministre de la Sécurité, Alpha Ibrahima Keira qui est venu présenter les condoléances de son gouvernement  aux familles affectées. Ensuite, le Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, Général Bouréma Condé qui est venu à son tour apporter des vivres au nom du gouvernement aux victimes.

Devant les habitants massivement mobilisés, Dr Ibrahima Kassory Fofana dit déploré ce qui est arrivé et a dénoncé également l’obstruction des voies de passage des eaux de ruissellement : « C’est avec beaucoup d’émotion, beaucoup de tristesse que nous venons de vivre ce que nous avons vu. Les conditions d’insalubrité dans lesquelles vivent les populations de Dabondy sont simplement insupportables. Cela signifie que le gouvernement doit prendre ses responsabilités pour créer et garantir les conditions de sécurité des citoyens. Il n’est pas permis de construire comme on veut, où on veut. Il appartient à l’Etat de mesurer les risques des localités pour dire non, on ne peut pas faire ici, oui on peut faire là. Le drame que nous venons de vivre, il y a 5 pertes en vie humaine, dont certains n’ont pas été retrouvés. Vous voyez des maisons construites sur les caniveaux. Le passage de l’eau obstrué. L’eau a trouvé son chemin en raclant les chambres et faisant des victimes qui ne méritaient pas de perdre la vie. C’est triste. Le président m’a demandé de venir sécher les larmes des victimes, apporter la solidarité du gouvernement et donner la garantie aux populations que le gouvernement sera de leur côté pour leur apporter le soutien nécessaire. Et surtout, prévenir des situations comme ça, pour qu’on ne perde pas des vies humaines pour rien ».

Quelques heures après le départ du Premier Ministre, c’était au tour du Ministre de l’Administration, Général Bouréma Condé de venir avec des vivres destinés aux victimes.

Selon lui : « Le Président de la République, en envoyant la délégation du gouvernement, nous a remis symboliquement, et je voudrais qu’on retienne le mot symboliquement, 50 sacs de riz, 40 millions de francs guinéens et de l’huile d’arachide pour consoler les familles endeuillées. Nous sommes venus donc, présenter des condoléances et faire un constat. Car, un père de famille, si on lui dit qu’on va lui donner tout l’argent du monde pour que son fils perde un doigt, il vous dira de laisser le doigt de son fils et merci pour l’argent », a-t-il indiqué.

De l’autre côté, l’activiste et écologiste Fatoumata Cherif a écrit sur sa page facebook, qu’avec ce drame les autorités s’auront la réalité des populations à la base. : « La seule chose positive dans cette inondation est qu’avec leurs défilés, beaucoup « d’autorités » s’auront comment vivent les populations en milieu défavorisé : pas d’accès, insalubrité, manque de drainage des eaux usées…
Le développement se planifie. On ne peut pas laisser la population faire ce qu’elle veut, vivre où elle veut sans essayer de mettre un minimum de règles et sans créer des conditions adéquates : urbanisation, sécurité, environnement, cadre de vie…
Je présente toutes mes condoléances aux familles éplorées dont les membres ont perdu la vie dans des conditions tragiques.

L’urgence se trouve dans l’assainissement, la protection de l’environnement, du littoral, la santé, l’urbanisation ordonnée…pas dans les mines qui n’apportent pratiquement pas (de manière directe) à la population. Sauvons notre écosystème », a-t-elle écrit.

Oumar M’Böh pour lecourrierdeconakry.com

 

Print Friendly, PDF & Email