Kankan : Un jeune élève de 17 ans s’est donné la mort par pendaison

0
120
Kankan : Un jeune élève de 17 ans s’est donné la mort par pendaison

Un élève de la 9ème Année s’est suicidé dans la matinée de ce lundi 1er avril 2019, au quartier Missira  dans la commune urbaine de Kankan. Mamoudou Doumbouya, âgé de 17 ans, c’est le nom de la victime. L’acte s’est produit dans un magasin de la concession familiale de la victime.

Selon sa tutrice qui nous raconte la scène, le nommé Mamoudou Doumbouya serait venu de la Gambie cela fait 3 jours et aurait  menacé pendant  toute la journée de dimanche 31 mars de mettre un terme à sa vie.

« Il est rentré de la Gambie il y a trois jours. C’est hier maintenant qu’il a commencé à dire qu’il allait se donner la mort. C’est ainsi il a administré la poudre de carbone d’une  pile (la poudre noire) et nous l’avons envoyé au camp pour qu’on puisse le retenir là-bas pour lui sauver la vie. C’est de là il a commencé à perdre conscience suite à l’effet de cette substance. Du coup nous l’avons transféré d’urgence à l’hôpital où il est resté jusqu’à 21h pour les soins. Ce matin tout allait bien chez lui lorsqu’il répétait le même acte étant seul dans sa chambre et pire il est allé se pendre dans un magasin du même bâtiment », a expliqué la tutrice de la victime.

Dr Daouda Doumbouya est médecin au service de dermatologie à l’hôpital régional de Kankan. Il dresse le constat après autopsie : « C’est un cas d’homicide volontaire, parce qu’il a essayé de se suicider pour une première fois, ça n’a pas marché. Il est allé à l’hôpital on a fait une prise en charge. Maintenant, quand il est revenu à la maison, il s’est pendu. Toutes les preuves étaient là car il y avait une corde suspendue  sur les lieux et il y avait un nœud au niveau du coup. Sur ce, on peut dire que c’est un cas de suicide parce qu’à part ça il n’y avait pas d’autres traces quand même. Tout ce qu’on a à faire maintenant c’est de délivrer un certificat médical à la famille et leur rendre le corps  ».

Aussitôt informé, le chef du quartier Missira, Elhadj Adama Keita s’est rendu sur les lieux pour constater les faits qui lui sont remontés.

 En fin, il faut signaler que cet énième cas de suicide  dans la commune urbaine de Kankan, serait consécutif au mauvais traitement que subissait la victime de la part de son père et de sa marâtre du côté de la Gambie où vivent ces derniers.

Mamadi Kaba, Kankan pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email