Accueil Interview ‘’ ….Nous avons décidé de créer notre syndicat pour libérer le secteur’’...

‘’ ….Nous avons décidé de créer notre syndicat pour libérer le secteur’’ Dixit Gata Doré du Syndicat indépendant de N’zérékoré

547
PARTAGER

A N’zérékoré, il existe deux organisations syndicales pour les transporteurs. Née d’une crise, la dernière-née se veut plus crédible et détentrices d’idées innovantes.   Le Syndicat Indépendant (SI) rencontre des difficultés de cohabitation avec l’ancienne organisation des transporteurs à savoir la confédération nationale des transporteurs de Guinée (CNTG). Cette dernière lui refuse l’accès à la gare Onah, espace principal d’embarquement des passagers. Pour en savoir plus, notre correspondant sur place a rencontré le secrétaire général du SI.

Lecourrierdeconakry : Bonjour monsieur Doré

Gata Doré : Bonjour

Lecourrierdeconakry : Qu’est  a  motivé la création de cette organisation syndicale ?

Gata Doré : Comme vous le savez, avant il n’y avait qu’un seul syndicat. En ce moment il y avait beaucoup de problèmes au niveau du transport à N’zérékoré. On faisait du n’importe quoi. Par exemple, à la veille des moments de grand déplacement comme les vacances ou les rentrées scolaires, ils augmentaient le prix du transport. Ensuite ils mettaient des vieux véhicules sur les pistes qui fatiguaient beaucoup les passagers. C’est pour mettre fin à ces problèmes que nous avons décidé de créer notre syndicat pour libérer le secteur.

Lecourrierdeconakry : Quels sont les changements que vous avez apporté dans le secteur du transport à N’zérékoré  depuis la création de votre organisation?

Gata Doré : En créant ce syndicat, notre vision était de diminuer le prix du transport et de faire voyager les gens dans le confort. Donc notre première action a été de diminuer le prix sur toutes lignes. Vous pouvez aller constater. Nous avons diminué partout de 10 000 à 15 000 fg. Ensuite nous, avons a fait de sorte que les passagers ne durent plus à la gare. Si vous constatez, avant on ne trouvait que des véhicules de 18 place sur les pistes et tant que ce n’était pas chargé vous ne pouviez pas bouger. Mais aujourd’hui nous avons envoyé beaucoup de véhicules de six places. Quand vous venez quelques minutes seulement vous bougez. En plus de cela nous avons cherché des partenaires à l’extérieur qui sont en train de venir. Ils vont envoyer des véhicules de meilleure qualité pour permettre aux gens de voyager de façon confortable. Mais ce qui nous empêche pour le moment, c’est l’état de nos routes surtout entre Guéckédou et Condébadou.

Lecourrierdeconakry : Vos véhicules sont garés un peu partout dans la ville. Pourquoi vous n’êtes dans l’enceinte de la grande gare ?

Gata Doré : Le hic guinéen est que les autorités ne sont pas respectueux des textes de loi. Quand nous avons voulu nous installer dans la cour de la grande gare Onah, il y a eu des tractations entre nous et les membres de la CNTG. Ils nous ont empêchés de nous y installer. Mais puisque la gare est un bien de la collectivité,  nous sommes allés voir le maire. On lui a dit de lancer un appel d’offre entre les deux syndicats. Celui qui répondra aux critères va occuper la gare. Mais il n’a pas fait. Nous sommes partis jusqu’à Conakry pour rencontrer l’ex premier ministre Mohamed Saïd Fofana. En présence des ministres de transport, de l’administration du territoire et de la justice, ils ont fait un écrit en disant que la gare est pour tous les syndicats et tous les syndicats ont le droit d’embarquer et de débarquer là-bas. Nous avons envoyé ce document mais ils ont refusé de l’appliquer. Nous avons tout fait ils n’ont pas accepté. Comme ils n’ont pas fait, nous nous avons dit ok, donnez-nous un autre endroit où nous allons nous installer. Ils n’ont pas fait ça aussi. Pour ne pas créer de problème nous avons laissé comme ça. On occupe les longs des voiries jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée.

Interview réalisé par Mamady 2 Camara, correspondant à N’zérékoré.

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email