La dissolution du mouvement anti troisième mandat, le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), par le ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation est mal perçue chez certains citoyens de Conakry. Ils estiment que le communiqué du ministre Mory Condé rendu public dans la soirée du lundi 8 août 2022, est inopportun. Pour eux, le CNRD devait plutôt se rapprocher du mouvement comme tout autre guinéen au lieu de prendre une telle décision.

Préoccupé de la situation sociopolitique qui prévaut dans le pays, Ahmed Tidiane Diallo, estime que cette décision du ministre Mory Condé est une fuite en avant.

Pour lui « Quand on a écouté le premier discours du Colonel Mamadi Doumbouya, la logique voudrait qu’on construise une nation. Alors, aujourd’hui, prendre une telle décision, pour moi c’est une fuite en avant. On ne peut pas prétendre construire une nation en s’inscrivant dans l’exclusion. Aujourd’hui si nous voulons que ce pays puisse aller de l’avant, il faut qu’on se dise la vérité. On a besoin de chaque organisation. Donc allez carrément dans l’exclusion, cela est une mauvaise idée. » a-t-il estimé avant d’ajouter :

« C’est comme par exemple, le président sénégalais Macky Sall prend un décret pour dissoudre le mouvement Y en a marre qui est représenté même à l’assemblée nationale. Donc je pense, par exemple, que les grandes nations se construisent à un moment donné de leur histoire à travers des mouvements sociaux. Parce qu’ on est tous unanimes que les guinéens vivent au seuil de la pauvreté. On est tous d’accord que la vie des guinéens devienne de plus en plus pénible. On est tous d’accord que la corruption bat son plein en Guinée. On est tous d’accord que les droits humains ne sont pas respectés. Donc en revenant toujours sur le premier discours du Colonel Mamadi Doumbouya c’est suite à tous ces facteurs qui ont poussé le CNRD à prendre le pouvoir. Je demande donc le Colonel Mamadi Doumbouya à revenir sur son premier discours pour ne plus revivre le passé qu’a connu la Guinée . » a souhaité Ahmed Tidiane Diallo

Sélectionné pour vous :  Humanitaire : la fondation KKT et l’ONG ‘’Mon enfant, ma vie’’ au secours des mamans des bébés prématurés de l’INSE de Donka

Pour cet autre citoyen, Amadou Barry, c’est une faute grave qu’à commis le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation.

« À partir du moment où le MATD ne reconnaît pas l’existence du FNDC, en aucun cas ont devrait prendre une telle décision. L’État avait adressé un courrier au FNDC par rapport à une participation au dialogue. Donc il y a une contradiction dans la démarche du CNRD. Même si juridiquement le FNDC n’existe pas mais du côté de l’opinion, beaucoup de guinéens se reconnaissent dans leur combat.

Et pour votre information beaucoup des ministres de ce gouvernement du CNRD faisaient partie de ce mouvement. À titre d’exemple, le ministre Ousmane Gaoual Diallo, le ministre de l’agriculture, Mamoudou Nagnalen Barry, le ministre de la Culture Bill de Sam. Donc pour moi cette décision est improductive pour la réussite de la transition. » estime t-il

Pour éviter que le pays ne se plonge dans une autre crise, M. Barry appelle les acteurs concernés autour de la table.

« Je demande le CNRD de faire appel à tous les acteurs sociaux du pays pour instaurer un cadre de dialogue franc et sincère pour désamorcer cette crise qui peut nous conduire dans un lendemain incertain. On ne peut pas s’engager à créer une nation en excluant d’autres. C’est impossible. Au lieu d’interdire les manifestations, il faut chercher à entendre le cri de cœur des uns et des autres pour la réussite de cette transition . »

Sélectionné pour vous :  BEPC: Voici les résultats de la région de Mamou

D’autres citoyens qui se sont exprimés hors micros estiment que le CNRD est en train de perdre la confiance des guinéens. Car pour eux, la venue du CNRD au pouvoir avait suscité un grand espoir. Mais cet arrêté du ministre Mory Condé précise t-il « est une autre forme de division des guinéens. C’est l’unité nationale qui est encore en jeu. » ont laissé entendre ces citoyens.

Il faut signaler que des manifestations sont déjà projetées par le FNDC à partir du 17 août prochain sur toute l’étendue du territoire national. Et il faut noter également que le coordinateur national Oumar Sylla Foniké Mangué, Ibrahima Diallo responsable des opérations dudit mouvement et le secrétaire exécutif de l’UFR de Sidya Touré, Saïkou Yaya Barry membre de la coalition FNDC politique sont incarcérés à la maison centrale de Coronthie suite aux dernières manifestations du 27, 28 et 29 juillet qui ont émaillé des violences à Conakry.

Ibrahima Foulamory Bah pour lecourrierdeconakry.com

LAISSER UN COMMENTAIRE AVEC Facebook