TPI de Mafanco : Aboubacar Soumah s’en sort libre (les détails du procès)

0
36

Après avoir été mis sous mandat de dépôt à la Maison Centrale de Coronthie pour trouble à l’ordre public dans le studio de la radio Espace FM, l’ancien député uninominal de Dixinn Aboubacar Soumah a été finalement libéré ce mardi 21 juin par le Tribunal correctionnel de Mafanco.

Le président du parti la Guinée pour la Démocratie et l’Équilibre (GDE) Aboubacar Soumah a comparu devant le juge ce mardi. Devant la barre il a rejeté les accusations qui pèsent contre sa personne et accuse le journaliste Ahmed Camara de lui traiter de tous les noms d’oiseaux. « C’est Antoine qui m’a demandé si c’est nous qui avons soutenu le 3eme mandat. J’ai répondu non. (…) c’est ainsi que Ahmed Camara a répondu « laisser les politiciens là, ce sont des malhonnêtes, des bordels et des menteurs. » J’ai dit, Ahmed je suis ton professeur, je suis plus âgé que toi. Tu ne dois pas m’insulter… » s’est expliqué Aboubacar Soumah.

Le ministère public a dans ses réquisitions demandé au juge du tribunal de retenir honorable Aboubacar Soumah dans les liens de la culpabilité en application de l’article 125 du code pénal. »

Les avocats de la défense estiment quant à eux, que Honorable Aboubacar Soumah est victime « d’un acharnement politique » tout en priant au juge audiencier de faire appliquer l’article 444 du code de procédure pénale.

« Dans cette affaire, il n’y a ni menace, ni violence. C’est du populisme judiciaire même ce qui ne devrait être grossier, on grossit ».

« La peine que le ministère public veut nous offrir, nous n’en voulons pas. Nous voulons tout simplement l’application de l’article 444 du code de procédure pénale. » a réagi Me Mohamed Traoré l’un des avocats de l’honorable Aboubacar Soumah

C’est ainsi que le président du tribunal Souleymane 1 Traoré a rendu la décision tout en déclarant le leader politique non coupable des faits et l’a renvoyé des fins de la poursuite.

N’étant pas d’accord avec cette décision, Me Elise Doua Guilavogui avocate de la partie civile indique que « le parquet compte relever appel de cette décision le plutôt que possible »

Ibrahima Foulamory Bah pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email