Vœux du nouvel an : le gouverneur de Kankan appelle à la paix et à la cohésion sociale

0
397

L’année qui vient de s’écouler a été marquée dans la région administrative de Kankan par de nombreux changements dans l’amélioration des conditions de vie des populations dans plusieurs domaines. Cependant, le souhait du gouverneur de région serait que l’année 2020 mette fin aux conflits de tout genre, aux éboulements dans les mines, le renforcement et l’instauration de la paix, de la culture sociale tout en mettant fin aux violences.

La paix étant le pionnier de tout développement, le Général Mohamed Gharé, gouverneur de la région administrative de Kankan, interpelle les citoyens de sa juridiction à la préservation de la paix, mais surtout à la préservation de la vie de tout un chacun : « Notre souhait c’est l’instauration de la paix et de la quiétude, parce que sans paix, sans quiétude il n’y a pas de développement. C’est pourquoi je demande à chacun des citoyens de se mettre au dessus des contradictions inutiles, d’arrêter les conflits domaniaux avec violence, parce que tant tôt il y a des conflits autour de la gestion des mares, tantôt il y a des conflits autour des domaines agricoles, et tantôt des enfants d’une même famille se tirent dessus à cause des mine. C’est regrettable. Aujourd’hui vous prenez certaines de nos préfectures, d’ailleurs toutes nos préfectures sont des préfectures minières, on enregistre çà et là des éboulements qui occasionnent des pertes en vie humaine. Ce qui n’est pas normal. Les gens ne respectent pas les consignes de sécurité. Aujourd’hui c’est toute la Guinée qui se retrouve dans notre région, ceux qui ont la culture des mines et ceux qui n’ont pas la culture des mines. C’est ce qui fait que chaque fois qu’il y a des accidents de ce genre, les 80% des cas ne sont pas des autochtones d’ici. Or, chaque fois qu’un Guinéen meurt c’est quelque chose qui est de trop. Notre souhait c’est de préserver la vie des uns et des autres ».

Plus loin, le gouverneur invite toute la population à se donner la main et conjuguer le même verbe, parce que la Guinée nous est commune : « J’invite les uns et les autres à la retenue, à la compréhension, au pardon réciproque, à l’entente, à la fraternité. Sans tout ça, les Guinéens ne dorment pas quelle que soit la volonté politique de nos chefs, de nos dirigeants. La priorité des priorités, ce que nous dévons nous imposer, c’est l’instauration de la paix. Je demande à tout le monde d’arrêter la violence, de se donner la main. Donnons-nous la main pour construire ce pays. C’est la Guinée qui nous est commune, notre case commune, nous dévons-la protéger ».

En fin,  le gouverneur de Kankan s’est appuyé sur une affirmation du chef de l’Etat guinéen, qui disait : « Je ne viens pas pour m’installer dans un cimetière. »

Mamadi KABA depuis Kankan pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email