CRIEF/Dossier Kassory : un avocat de la défense traite le procureur spécial de ‘’menteur’’

0
97

Suite à la sortie médiatique du procureur spécial près la CRIEF, le pool d’avocats pour la défense de Kassory Fofana a réagi à travers une conférence de presse tenue ce week-end à Conakry.

Dans cette réplique cinglante, les avocats désavouent le magistrat Aly Touré qui accuse l’ancien premier ministre d’avoir détourné plus de 46 millions USD dans le cadre de la MAMRI (Mission d’Appui à la Mobilisation des Ressources Internes) et de l’ANIES (Agence Nationale d’Inclusion Économique et Sociale). Et plus de 81 milliards gnf dans le cadre de la gestion à la Primature.

Pour l’avocat malien Me Mamadou Ismaila Konaté, les faits reprochés à son client par le procureur spécial Ali Touré ne sont pas fondés et ça manque de preuve. « Non seulement à l’enquête préliminaire devant la gendarmerie, jamais il n’a été question de montant. Ensuite la plainte qui permet au procureur spécial de saisir la juridiction qui s’appelle le réquisitoire introductif ne mentionne aucun montant. Il a cru devoir faire un réquisitoire supplémentaire, supplétif dans lequel il ne met en cause aucun montant. »

Poursuivant son speech, l’ancien ministre de la Justice au Mali ajoute : « 46 millions de dollars, c’est le montant que les bailleurs de fonds, sollicités par le premier ministre à l’époque ont fait des offres, des propositions d’accorder les fonds dans le cadre de la MAMRI. Vous avez les bailleurs de fonds de la BAD, vous avez le Fonds monétaire international, vous avez la banque mondiale, la coopération française, la coopération canadienne tous réunis disent ‘’ Nous, nous avons l’intention de doter la MAMRI des fonds de 46 millions de dollars’’. Entre l’offre d’une part et la réception des montants d’autres part et de leur utilisation ça fait trois étapes que le procureur spécial n’est pas capable de détecter avec ses yeux (…). Dans les 46 millions de dollars de bons de paiement, il n’y a pas un rond payer. Je vous parle sur le couvert d’information qui résulte du budget de l’État de Guinée et ses informations sont vérifiables au trésor public ».

En outre Me Mamadou Ismaila Konaté se paie la tête du procureur spécial : « Hier j’ai proposé au procureur qui est monté en audience de venir sur son serment contre le mien. Je voulais prendre en témoin le juge, en deux fois, il a fui. Un menteur reste un menteur. Sortir de la prestidigitation mettre en avant un rapport qui n’est pas un rapport de contrôle, qui n’est pas un rapport d’évaluation, c’est un rapport de passation de services dans le cadre de la MAMRI logée à la Primature, qui se déplace à la présidence de la république. C’est à cette occasion que le président de la république de l’époque le président Alpha Condé a demandé à l’inspection générale d’État de superviser cette opération administrative. Ce Rapport-là madame et monsieur vous ait accessible. C’est un rapport public. Allez le voir et dites de ma part au procureur spécial qu’il a menti là également en disant que le fondement de ces 46 millions se trouvait dans un rapport. Il a faux et absolument faux. Le menteur ne ment jamais qu’une seule fois, il ment deux, trois, il ment quatre. ».

Ibrahima Foulamory Bah pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email