Labé : Après l’incendie de son bureau, la CEPI déménage au gouvernorat

0
122

De refuge en refuge, la commission électorale préfectorale indépendante (CEPI) de Labé est désormais retranchée dans le bloc administratif du gouvernorat. Ce, après l’incendie de son bureau au sein du bloc administratif préfectoral. En plus de ces déplacements en répétition, le président de ce démembrement de la CENI se demande comment solutionner les pertes enregistrées dans l’incendie de son bureau ?

Interrogé par les reporters de la rédaction locale de votre quotidien lecourrierdeconakry basé à Labé, El Hadj Lamine Sangaré, le président de la CEPI, confirme l’information : « C’est des refuges que nous avons maintenant. On était refugiés à la préfecture, après l’incendie du bureau qu’on nous avait prêté là-bas, le gouvernorat nous a proposé ses services et c’est temporaire. C’est l’insécurité qui y régnait et nous avons jugé nécessaire de faire quitter non seulement le matériel électoral mais aussi le matériel bureautique ».

Suite à cet incendie, les difficultés auxquelles font face la CEPI sont énormes, selon son président : « On a pas mal de difficultés. On a perdu toutes les statistiques, tous les dossiers administratifs qui étaient là-bas : le matériel informatique, les données qui étaient là-dedans, les statistiques reçues çà et là dans la distribution des cartes, l’établissement des bureaux de vote, tout est parti en fumée.»

Ainsi, beaucoup d’électeurs risquent d’être purement et simplement exclus du processus si des solutions d’urgence ne sont pas vite trouvée,  soutient El Hadj Lamine Sangaré : « Nous organisons les élections pour savoir qui a obtenu quoi. Et notre rôle s’arrête là. C’est un peu plus fort que moi. Je ne suis qu’un démembrement. Le seul regret que j’ai c’est qu’il y a eu des cartes d’électeurs parties en fumée. Donc si dans ces conditions rien n’est prévu au sommet, ce que ceux-là qui n’ont pas reçu leurs cartes ne pourront pas voter. Et ça c’est un handicap

Il faut rappeler que jusque-là, aucune autre date n’est fixée pour la tenue du double scrutin reporté par le chef de l’État.

Bah Djenabou Labé, pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email