Mali: le sous-préfet et le maire de Teliré deviennent-ils une menace pour l’environnement ?

0
121

Les autorités locales de Téliré constituent-elles une menace pour l’environnement ? Ça en a bien l’air, avec la destruction de toute une forêt à Koulloufi, secteur du district de Dar-es-Salam dans la sous-préfecture de Téliré, préfecture de Mali.

 C’est en tout 46 gros arbres de la vallée de Koulloufi qui ont été abattus et transformés en madriers pour des fins commerciales. Choqués, les habitants du district se sont levés comme un seul homme pour voir clair dans cette affaire.

Les enquêtes ont abouti au fait que c’est le sous-préfet et le maire de Téliré qui ont donné l’autorisation à l’équipe ayant fait le sale boulot. Ceux-ci se seraient présentés avec trois tronçonneuses pour abattre ces arbres en un peu près de deux semaines au début du mois d’avril 2019. Pour cerner le sujet, la rédaction du courrierdeconakry s’est rendue sur le terrain.

Pour Ibrahima Bah Donghol Nettéré, il ne faut pas se voiler la face car c’est les autorités de la localité qui sont les acteurs de ce problème environnemental : «C’est les autorités qui ont dépêché des personnes pour venir abattre ces arbres. C’est d’abord le président de notre district et ses subordonnés. Ensuite la commune rurale et le sous-préfet. Ils ont envoyé des détenteurs de tronçonneuses qui sont venus avec trois machines couper toutes ces arbres en 11 jours. C’est en tout 46 arbres qu’ils ont abattus. »

« On a constaté un premier temps 46 arbres abattus, puis dernièrement on a vu cinq autre arbres. Ce qui fait en tout 51 arbres abattus, rien que dans ce secteur. Pour un départ, les autorités prétextaient que c’est suite à un feu de brousse qu’elles ont autorisé cette coupe abusive alors que vous-même vous constatez qu’il n’y a aucun feu de brousse dans les parages », affirme un autre citoyen.

De son côté, Mamadou Yaya Diallo enfonce le clou : «On entend souvent dire dans les radios, protégeons l’environnement, préservons les forêts. Maintenant si c’est nos responsables qui se rendent coupables de la destruction de cet environnement, ça devient compliqué car on se demande à ce jour vers quel Saint se tourner. Mais on sait que c’est le chef du district et le maire qui sont responsables, car quelqu’un ne peut pas venir faire ce qu’il veut dans ta concession sans que tu ne pipes mot. Ce n’est pas possible ».

Sage et doyen du secteur de Dar-é-Salam, Bah Daye demande purement et simplement la restitution des madriers qui s’élèveraient aux environs de 1 000 pièces : « Je dirais juste une seule chose. S’ils veulent la paix dans le village qu’ils nous ramènent sans condition tous les arbres qu’ils nous ont volés. Au cas échéant ils sauront de quel bois on se réchauffe car c’est une foutaise ».

Rencontrés sur le sujet, le maire et le sous-préfet de Téliré ont tous esquivé nos questions. Pour d’amples explications, le directeur régional de l’environnement de Labé entend se saisir du dossier avant de nous revenir sous-peu.

 Bah Djenabou, Labé, pour lecourrierdeconakry.com

Print Friendly, PDF & Email