Education : L’écrivain Néné Moussa Maleya Camara adresse un message fort aux jeunes

0
198

« La Diversité Culturelle gage de Paix et de l’unité nationale », était le thème d’une conférence débat animée, ce samedi à l’Université Amadou Dieng de Sangoyah, Commune de Matoto par l’écrivain Elhadj Néné Moussa Maleya Camara. C’est une initiative de la Jeune Chambre internationale Conakry Excellence. Objectif, promouvoir non seulement la paix dans le milieu estudiantin, mais aussi amener les étudiants à participer à la sensibilisation sur la paix et la cohésion sociale dans leurs communes respectives. Car, la diversité culturelle qui devrait être un atout pour développer notre pays est devenu à ce jour une source de conflits pour rendre invivable le pays, a déploré Ibrahima Sall un des organisateurs.

En président cette conférence débat axée sur l’unité nationale dans la salle de conférence de cette université, le Ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, Mamadou Taran Diallo a dit que : « l’espoir est permis avec cette initiative portée par les jeunes membres de la jeune chambre internationale envers ceux qui sont les relais dans les écoles, dans les foyers et dans la vie, je pense que c’est extrêmement important. Voir une thématique de ce genre débattue dans une université est une fierté et une garantie que le demain de la Guinée est assurée ». Mais que, les Guinéens devraient s’interroger tous les jours s’ils sont des acteurs et des vecteurs de l’identité nationale.

C’est l’écrivain Elhadj Néné Moussa Maleya Camara qui a animé cette conférence débat. Il a saisi l’occasion pour parler de son œuvre intitulé « La Guinée est une famille », mais également invité les uns et les autres à s’accepter dans leurs différences pour le bonheur de tous les Guinéens : « Je demande aux Guinéens surtout à la jeune génération de se tenir la main ; aimez-vous les uns les autres ; refusez de suivre les vieux qui ne suivent pas le bon chemin ; acceptez de vivre ensemble en paix ; comprenez que le nom de famille n’est qu’un symbole d’identification, c’est la même chose que des villes et des villages. Quand vous voyez la sociologie de notre pays, vous vous rendrez compte que nous sommes indivisibles. Malheureux est celui-là qui pense que la Guinée peut s’effriter du jour au lendemain à cause d’un mauvais politique qui dit qu’il faut suivre l’ethnie et non la nationalité. Donc, je dois apprendre les enfants que la Guinée est non seulement une république, un pays, une nation mais la Guinée différemment des autres pays est une famille », a-t-il enseigné.

De leur côté, organisateurs et participants disent être satisfaits des échanges fructueux qui ont caractérisé ce débat. C’est le cas du président des étudiants de l’université Amadou Dieng, Adama Koulibaly : « cette conférence a été une opportunité pour nous étudiants. Aujourd’hui, nous sommes outillés pour pouvoir mettre en place une cellule de sensibilisation sur les potentiels dont la Guinée dispose au sein de notre école », a-t-il annoncé.
Pour Ibrahima Sall, membre de la Jeune Chambre internationale Conakry Excellence et coorganisateur de ladite conférence : « c’est cet impact que recherche notre organisation dont le but principal est de servir l’humanité. Donc, avec cet engagement des étudiants, on ne regrette pas le choix porté sur l’université Amadou Dieng. Grâce à cette conférence, nous avons des ambassadeurs de la paix au sein de cette université qui iront véhiculer ce message partout ».

Des questions liées sur le passé de la Guinée, sa subdivision et sur ses habitants ont été posées par les étudiants. Des questions satisfaites par le conférencier.
Oumar M’Böh pour leccourrierdeconakry.com 

Print Friendly, PDF & Email